BANNIERE-denis-jacquet-layerslider
2016-11-18-banniere-haut-brexit
2017-01-20-BANNIERE-HAUT-LEPAGE-SANS-DATE
BANNIERE-Picq-layerslider-SANS-DATES
2016-11-18-PELLUCHON-SERRES-SANS-DATE
banniere-LAYERSLIDER-SANS-DATE-3
 

 

 

 

jacques-attali_nb-carre

Attali Jacques

Thématiques : économie positive

 flag_uk - copie fr - copie

Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français.

Conseiller d’État, professeur d’économie, conseiller spécial de François Mitterrand de 1981 à 1991, puis fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en 1991, il a présidé en 2008 la Commission pour la libération de la croissance française. Il dirige actuellement le groupe Positive Planet et le groupe Attali & Associés. Il a également présidé la Commission pour la libération de la croissance française.

Consulté successivement par les présidents Sarkozy et Hollande, il préside une commission bipartisanne de réforme de l’économie en 2008, et milite pour le concept d’économie positive en 2012. Ses idées sont à l’origine d’une partie des dispositions de la Loi Macron. À la demande de Claude Allègre, il propose une réforme de l’enseignement supérieur (le LMD), qui se généralise à toute l’Europe.

Le 9 septembre 2010, il est nommé au conseil d’administration du musée d’Orsay.

En 2015, il écrit avec 17 000 Français un programme pour l’élection présidentielle qu’il publie dans un livre, France 2022. Il affirme néanmoins ne pas vouloir se présenter à l’élection présidentielle.

Aujourd’hui, il est éditorialiste de l’hebdomadaire L’Express et Président du conseil de surveillance de Slate.

Il est chef d’orchestre, avec Patrick Souillot, de l’orchestre symphonique universitaire de Grenoble. A ses côtés, il crée en 2012 une structure nationale sur le modèle de La Fabrique Opéra Grenoble, dans de nombreuses villes du monde qui permet de coordonner la production d’opéras coopératives.

Jacques Attali a publié plus de 1 000 éditoriaux dans le magazine L’Express et est l’auteur de 67 livres vendus à 7 millions d’exemplaires et traduits en 22 langues.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
jacque-lecomte

Lecomte Jacques

Thématiques : psychologie positive, l’entreprise humaniste

fr - copie

Jacques Lecomte est docteur en psychologie, président d’honneur de l’Association française et francophone de psychologie positive. Il a enseigné à l’Université de Paris Ouest Nanterre et à la Faculté de sciences sociales de l’Institut catholique de Paris. Ses travaux portent essentiellement sur la psychologie positive (notamment résilience, sens de la vie et bonté humaine).

 

Il s’intéresse surtout aujourd’hui aux applications sociales et politiques de la psychologie positive. En effet, de nombreuses recherches contemporaines montrent que des attitudes et valeurs telles que la confiance, la justice, la coopération, le respect, la solidarité, le courage, ont du sens non seulement dans les relations interpersonnelles, mais également au niveau social et politique, et peuvent ainsi contribuer au bien commun. Ceci a été constaté dans des domaines aussi divers que l’éducation, la santé publique, le travail social, la justice, l’économie, l’environnement, l’entreprise, les relations internationales.

Jacques Lecomte est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont les suivants :

  • Le monde va beaucoup mieux que vous ne le pensez, Les Arènes, 2017,
  • Les entreprises humanistes, comment elles vont changer le monde, Les Arènes, 2016
  • Les 30 notions de la psychologie, Dunod, 2013
  • La bonté humaine, Odile Jacob, 2012 (Grand prix Moron de l’Académie française 2016) (récompensant une œuvre favorisant une nouvelle éthique)
  • Introduction à la psychologie positive, Dunod, 2009 (direction d’ouvrage)
  • Guérir de son enfance, Odile Jacob, 2004.
  • Donner un sens à sa vie, Odile Jacob, 2007.

Deux phrases résument bien l’essentiel de sa pensée :

« C’est en pariant sur ce qu’il y a de meilleur en l’être humain que ce meilleur peut se révéler ».

« La meilleure manière d’être réaliste et pragmatique, c’est d’être profondément idéaliste ».

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
dominique_wolton

Wolton Dominique

Thématiques : la communication, les médias, internet, les hommes et la politique, les rapports sciences-techniques-société, la diversité culturelle et la mondialisation ….

fr - copie

Licencié en droit et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, docteur en sociologie, Dominique Wolton est directeur de la Revue internationale Hermès , qu’il a créée en 1988 (CNRS Éditions). Cette revue a pour objectif d’étudier de manière interdisciplinaire la communication, dans ses rapports avec les individus, les techniques, les cultures, les sociétés. Il dirige également la collection CNRS Communication créée en 1998 (CNRS Éditions).

Directeur de recherche au CNRS, Dominique Wolton a fondé en 2007 et dirigé jusqu’en 2013 l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Après avoir beaucoup écrit sur les médias, la communication politique, l’Europe, Internet, il étudie les conséquences politiques et culturelles de la mondialisation de l’information et de la communication. Pour lui, l’information et la communication sont un des enjeux politiques majeurs du XXIe siècle, et la cohabitation culturelle un impératif à construire comme condition de la troisième mondialisation.

Ses recherches contribuent notamment à valoriser une conception originale de la communication qui privilégie l’homme et la démocratie plutôt que la technique et l’économie. Avec cette question fondamentale : comment cohabiter pacifiquement avec l’autre, aujourd’hui si proche grâce à la multitude des techniques, mais toujours aussi éloigné ? En repensant les rapports entre l’individu et le collectif, entre le même et le différent, il renouvelle la pensée politique à l’heure de la communication omniprésente.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Henri Pena Ruiz

Pena Ruiz, Henri

Thématiques :

Laïcité: petite histoire d’un grand idéal ; Pourquoi la laïcité? ; La laïcité dans le monde ; La sagesse ; Prendre soin de sa pensée: comment? ; La question du sens de la vie ; La notion d’économie sociale ; La solidarité aujourd’hui ; Le bonheur ; Qu’est-ce que l’école? ; Liberté-Egalité-Fraternité ; La paix ; L’hospitalité universelle ; Le soin de soi ; Maîtriser la nature ; La notion de république ; Citoyen du monde ; Ego et alter ego ; Que faut-il respecter? ; Les droits humains ; L’humanisme aujourd’hui.

fr - copie  es - copie

Philosophe, écrivain, Professeur Agrégé de l’Université, Docteur en philosophie, Maître de conférences à l’IEP de Paris

Ancien membre de la commission Stasi sur l’application du principe de laïcité dans la République

Ouvrages :

Dieu et Marianne : philosophie de la laïcité. Paris 1999. Presses Universitaires de France.

Collection. “ Fondements de la politique ”.(couronné par le Prix de l’instruction publique en 2000).

Edition revue et augmentée Paris 2012 PUF Coll. Quadrige

La laïcité pour l’égalité. Editions Fayard Coll. Mille et une nuits. Paris 2001.

Le Roman du Monde : Légendes philosophiques. Editions Flammarion Paris 2001.

La laïcité (textes commentés) Paris 2003 Editions Garnier Flammarion

Qu’est-ce que la laïcité ? Paris 2003. Editions Gallimard, collection Folio Actuel.(Traductions en italien, en arabe, en turc).

Histoire de la laïcité. Genèse d’un idéal. Paris 2005 Editions Gallimard, Coll. Découvertes.

Grandes légendes de la pensée. Paris 2006. Editions Flammarion-France Culture

Nouvelle edition: J’ai lu Paris 2012

Bonheur (Les chemins de la vie sereine) Paris 2012 J’ai lu

Qu’est-ce que l’école ? Paris 2005. Editions Gallimard, collection Folio Actuel.

Histoires de toujours. Dix récits philosophiques Paris 2008. Ed. Flammarion-France Culture

Qu’est-ce que la solidarité ? Le coeur qui pense. Angoulême 2011 Editions Abeille et Castor

Entretien avec Karl Marx. Paris 2012 Editions Plon

Marx quand même .Paris 2012 Editions Plon

Dictionnaire amoureux de la laïcité Paris 2014 Editions Plon

(Prix National de la laïcité 2014, Prix de l’Initiative laïque 2014)

 

En collaboration avec Jean Paul Scot:

Un poète en politique : les combats de Victor Hugo. – Editions Flammarion Paris 2002

La politica en Victor Hugo : cartas a Espana, Cuba, y Mexico. Madrid 2005, Ediciones Laberinto

 

En collaboration avec Cesar Tejedor de la Iglesia:

Antologia laica : 66 textos para comprender la laicidad. Salamanque 2009 Editions de l’Université de Salamanque

 

Ouvrages collectifs

Les préaux de la République. Paris Editions Minerve 1998

Mémento républicain. (ouvrage collectif) Paris 2006 Fayard Coll. Mille et une nuits

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Jean Bauberot

Bauberot, Jean

Thématiques : Laïcité, Religion, Sociologie

fr - copie

Historien et sociologue, spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Il est président d’honneur et professeur émérite à l’Ecole pratique des hautes études, où il a fondé et dirigé le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS-EPHE).

 

 

Docteur es-lettres et sciences humaines, docteur honoris causa de l’Université libre de Bruxelles, Jean Baubérot a reçu la médaille Gandhi de l’UNESCO ; il est Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier dans l’Ordre National du Mérite.

 

Il a écrit 27 ouvrages, dirigé 6 livres collectifs et a coécrit une Déclaration internationale sur la laïcité, signée par 250 universitaires de 30 pays. Entre 1997 et 2007, il est successivement conseiller ministériel (éducation à la citoyenneté) et membre de diverses commissions.

 

Derniers ouvrages parus :

La laïcité falsifiée, Paris, Éd. La Découverte, 2012 (réédit 2014), Une si vive révolte, Éd. de l’Atelier, autobiographie, 2014, Les sept laïcités françaises, Ed. MSH 2015 et Comment parler de laïcité aux enfants (avec R. Diallo), Ed.  Le baron perché.

 

Langues d’intervention: français

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Mathieu Baudin

Baudin, Mathieu

Thématiques : l’Art d’imaginer le Futur, développement durable, écoprospective

fr - copie

Historien et prospectiviste de formation, Mathieu Baudin est directeur de l’Institut des Futurs souhaitables (IFs, Paris, France), une école du Nouveau Monde dont la vocation est de réhabiliter le temps long dans les décisions présentes et d’inspirer le débat public de futurs souhaitables.

Entouré d’une équipe d’une centaine d’experts et d’artistes, il organise et anime des explorations intellectuelles ou Lab Sessions pour mieux se repérer et se projeter dans le monde de demain.

Il a publié en 2009 : Développement durable, nouvelle idéologie du XXIème siècle ?, Éd l’Harmattan, Col. prospective, 2009.

Langues d’intervention: français

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
gbronner

Bronner, Gérald

Thématiques : intelligence collective, erreur de raisonnements, croyances, idéologie, marché de l’information, cognition humaine et sociale en général.

fr - copie

Gérald Bronner est professeur de sociologie à l’université de Paris-Diderot et membre de l’Académie des technologies. Il travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales.

 

 

Il a publié plusieurs ouvrages sur ces questions dont L’empire des croyances (Puf, Paris, 2003) couronné d’un prix par l’Académie des Sciences Morales et Politiques, La pensée extrême (Denoël, Paris, 2009) pour lequel il a reçu le prestigieux prix européen des sciences sociales d’Amalfi et, plus récemment, L’inquiétant principe de précaution (avec E. Géhin, Puf, Paris, 2010) et La démocratie des crédules pour lequel il a reçu de nombreux prix (Prix de la revue des deux Mondes, Prix Sophie Barluet CNL, Prix de l’Union rationaliste, Prix des Lumières).

 

Son dernier livre publié est La planète des hommes – Réenchanter le risque (accessit au Prix de la revue Risques 2015) Il a publié plus de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales et est chroniqueurs pour Le Point, Pour la science et l’émission 28 minutes sur Arte.

 

Langues d’intervention:  français

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
JP Dupuy NB

Dupuy, Jean-Pierre

Thématiques : Philosophie sociale et politique, Ethique des sciences et techniques

fr - copie flag_uk - copie

 

Jean-Pierre Dupuy est un ingénieur, épistémologue et philosophe français.

Polytechnicien et ingénieur des mines, il est professeur et chercheur au Centre d’Étude du Langage et de l’Information (CSLI) de l’université Stanford, en Californie. Il a aussi enseigné la philosophie sociale et politique et l’éthique des sciences et techniques jusqu’en 2006 à l’École polytechnique.

 

 

Biographie :

 

Ancien élève de l’École polytechnique, Jean-Pierre Dupuy a fondé le centre de sciences cognitives et d’épistémologie de l’École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach. Ce centre est devenu une unité mixte de recherche (UMR) en 1987. Dès l’origine, sa vocation a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d’auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu’économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l’épistémologie des sciences cognitives. En 2001, l’UMR s’est réorganisée et a décidé de se constituer en un laboratoire polyscientifique de sciences cognitives théoriques.

 

Jean-Pierre Dupuy a contribué à introduire et diffuser en France la pensée d’Ivan Illich, qu’il a rencontré chaque année de 1974 à 1979 au Mexique au CIDOC de Cuernavaca, mais aussi celles de René Girard, de John Rawls et de Günther Anders. Une partie de son travail porte sur les nanotechnologies, un possible « tsunami » technologique à venir, dont il étudie tant les effets pervers possibles que la teneur du débat autour de ce risque. Il s’intéresse plus généralement aux appréhensions et réflexions autour des catastrophes, passées comme prévisibles. Jean-Pierre Dupuy compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique, association qui souhaite « apporter des réponses intelligentes et appropriées qu’attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps. »

Il reçoit le prix Roger-Caillois de l’essai 2011.

 

 

Sa pensée :

 

Le Sacrifice et l’envie (1992) fait référence aux deux obsessions de toute théorie moderne de la justice. Dans une société libérale, c’est-à-dire sans transcendance, l’homme doit être préservé du nombre : la perspective d’un sacrifice de l’individu à la collectivité, qui assurait autrefois la pérennité de l’ordre social, est désormais rejetée. Mais cette absence de transcendance, et l’individualisme qui en découle, libèrent l’envie, qui menace l’ordre social en permanence. Les grands théoriciens du libéralisme – au premier chef Adam Smith, John Rawls et Friedrich Hayek – ont parfaitement conscience de ce risque et chacun tente de le minimiser dans ses travaux. Rejet du sacrifice, et rejet de l’envie que ce premier rejet engendre : voilà ce qui constitue selon Dupuy la trame avec laquelle il faut lire toute théorie moderne de la justice.

Dans Pour un catastrophisme éclairé (2002) puis dans Petite métaphysique des tsunamis (2005), Jean-Pierre Dupuy part d’un constat : le seuil a été franchi. L’humanité est désormais capable de s’anéantir elle-même, par les armes de destruction massive ou simplement en continuant d’altérer ses conditions de survie. Nous savons cela, mais au fond de nous, nous ne le croyons pas. Quelle est la raison de cet aveuglement ? Le livre mène, à la suite de Bergson et de Hans Jonas, une réflexion sur le temps. Dupuy distingue le « temps de l’histoire », auquel nous sommes habitués, et le « temps du projet », qu’il propose comme paradigme pour penser la catastrophe et agir face à elle. Dans le « temps de l’histoire », le temps est envisagé rétrospectivement et les possibles jamais actualisés n’ont non seulement aucun intérêt, mais ne sont pas considérés comme des possibles auxquels on peut croire. C’est parce que nous concevons uniquement le temps de cette façon que nous n’agissons contre les catastrophes qu’une fois celles-ci réalisées, « c’est l’actualisation de l’événement qui […] qui crée rétrospectivement de la nécessité »3. Le « temps du projet », lui, unit passé et futur : la catastrophe est déjà présente aujourd’hui, ce qui peut nous faire agir pour que, paradoxalement, elle ne se soit jamais produite.

Dans La Marque du sacré (2009), sur une suggestion de son éditeur Benoît Chantre, Jean-Pierre Dupuy synthétise ses ouvrages antérieurs, qui « ont pu donner l’impression […] d’une certaine dispersion »2, en mettant en exergue le fil conducteur qui les unit : la question du sacré.

 

Références :

 

  1. http://www.stanford.edu/dept/MTL/cgi-bin/modthought/mtl-people/faculty/
  2. a et b J.P. Dupuy, La marque du sacré, Ed. Flammarion, Coll. “Champs essais”, 2010
  3. Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Seuil, 2005

 

Ouvrages publiés :

 

  • Avec Michel Deguy (dir.), René Girard et le Problème du mal, Grasset, 1982.
  • La Panique, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 1991 – Réédition 2003.
  • Le Sacrifice et l’Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992

– Réédition sous le titre Libéralisme et justice sociale, Hachette Pluriel.

  • • Aux origines des sciences cognitives, La Découverte, 1994 – à propos des Conférences Macy.
  • Éthique et philosophie de l’action, Ellipses, 1999.
  • Les savants croient-ils en leurs théories ? Une lecture philosophique de l’histoire des sciences cognitives, INRA Éditions, 2000.
  • Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Bayard, 2002.
  • Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Seuil, 2004.
  • Petite métaphysique des tsunamis, Seuil, 2005.
  • Retour de Tchernobyl. Journal d’un homme en colère, Seuil, 2006.
  • La Marque du sacré : essai sur une dénégation, Carnets nord, 2009.
  • L’Avenir de l’économie : sortir de l’écomystification, Flammarion, 2012.
  • La jalousie : Une géometrie du désir, Seuil, 2016.

Articles :

  • « L’individu libéral, cet inconnu : d’Adam Smith à Friedrich Hayek », dans Catherine Audard, Jean-Pierre Dupuy et René Sève (éd.), Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Seuil, 1988, p. 73-125.

« Friedrich Hayek ou la justice noyée dans la complexité sociale », dans Le Sacrifice et l’Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992, chap. VIII (p. 241-292).

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Daniel Dayan

Dayan, Daniel

Thématiques : la visibilité, les médias, et la gestion de l’attention collective.

fr - copie flag_uk - copie

Daniel Dayan est membre de l’institut Marcel Mauss (EHESS) et de l’ Institut Européen Emmanuel Levinas. Ancien élève de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et de l‘Université de Stanford, Daniel Dayan a mené une double carrière en France et à l’étranger.

 

En France, Il a été directeur de recherches en Sociologie au CNRS et professeur de théorie des médias à L’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Aux Etats Unis, il a enseigné aux Universités de Stanford et Southern California (USC) . IL a aussi été invité comme Hans Speier visiting professor à la  New School for Social Research. (2008-14). Enfin, Dayan a été professeur invité aux universités d’ Oslo, Genéve, Milan, Brasilia, Tel Aviv, Moscou, ( RGGU ). Daniel Dayan a publié 5 livres et une centaine de chapitres et d’articles. Ses travaux sur les médias et le cinéma sont disponibles dans 13 langues dont le chinois, le coréen et le japonais.

 

En I975-76 Dayan a été invité à se joindre au comité de recherche de l‘American Film Institute et au  Columbia University Seminar sur le cinéma . De I999 à 2004 il a été nommé au programme « Médias » de la Fondation Européenne pour la Science . En 2000, Il a été résident à la Fondation Rockefeller, Bellagio . En 2001, il a été chargé  d’ évaluer en qualité d’expert étranger les recherches sur médias menées dans les universités Britanniques (Research Assessment Exercise ). En 2005 Il a été invité à l’ Institut d’ Etudes Avancées (Université de Jerusalem) et nommé « Annenberg Scholar ». à l’Université de Pennsylvanie . En 2006, il a été le « Free speech professor  , à l’université de Bergen . En 2010, l’un de ses livres, « Media Events », (Harvard 1992, ) a obtenu le « Fellows Award » , prix décerné par l’International Communication association aux classiques de la recherche sur les médias. En 2013 il a donné la 7° conférence « William Phillips »( Partisan Review, New York). Depuis 2012 , il est membre du jury du Prix Bernheim pour les sciences .

 

Langues d’intervention: français, anglais

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Frederic Gallois NB

Gallois, Frédéric

Thématiques : Résilience collective et individuelle face aux menaces terroristes… ; La dimension humaine dans les conflits; Crise, Management et leadership

fr - copie

Ancien élève de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr, Frédéric Gallois réalise une carrière d’Officier au sein de la Gendarmerie Nationale durant laquelle il sert principalement au GIGN pendant prés de 15 ans. Diplômé d’état-major, il est titulaire d’une licence d’économie, d’un Master en Intelligence Economique et d’un MBA HEC/Gendarmerie Nationale en « management de la sécurité».

 

 

Il entre en 1994 au GIGN comme jeune lieutenant après avoir passé les tests de recrutement. Rapidement, il occupe des postes à responsabilités opérationnelles lui permettant de diriger plusieurs dizaines d’opérations sensibles en France comme à l’étranger. Il participe notamment à la traque de criminels de guerre en ex-Yougoslavie, procède à l’arrestation de Bob Denard aux Comores et à la neutralisation de plusieurs dizaines de criminels ou terroristes dangereux. Spécialiste parachutiste, coordinateur négociateur, il dirige la manœuvre pour la neutralisation de forcenés et la libération d’otages comme ceux du Ponant au large de la Somalie en 2008.

 

Il est également désigné comme chef de projets sur des dossiers sensibles de contre-terrorisme comme l’élaboration de plans de protection des centrales nucléaires et de la contre-piraterie aérienne. Il entreprend aussi une série d’échanges professionnels avec des services anti-terroristes étrangers (USA, Canada, Russie, Chine, Brésil, Israël, Singapour, EAU, Allemagne, Grande-Bretagne ….) en vue de comparer les tactiques et les doctrines de contre-terrorisme. Il occupe les fonctions de chef de l’état-major opérationnel du GIGN, de commandant en second puis commandant du GIGN en 2002.

 

C’est dans cette fonction hautement sensible qu’il élabore un plan de réorganisation des unités d’intervention de la gendarmerie nationale, plan qui sera validé par les autorités puis mis en place de 2007 à 2009, débouchant sur une unité remodelée, unique et avant-gardiste ; cette nouvelle architecture permettra d’anticiper les évolutions à venir de la menace terroriste. Durant cette phase, il travaille sur la conduite du changement au côté du nouveau responsable du GIGN, le général Favier, aujourd’hui Directeur de la Gendarmerie.

 

A partir de 2009, Frédéric Gallois rejoint le secteur privé, ou il co-fonde plusieurs sociétés de conseils et d’appui opérationnel en France et à l’étranger, notamment en Irak jusqu’à l’arrivée de l’Etat-Islamique qui l’oblige à fermer cette structure en 2014. Il est engagé dans des actions de formation et de protection au profit de plusieurs gouvernements et chefs d’état à l’étranger, comme au Mali, au Gabon ou en Lybie.

 

Il est aujourd’hui le gérant d’une PME spécialisée dans le transport sécurisé. Officier de réserve de la Gendarmerie Nationale, il est également intervenant au profit de plusieurs médias sur l’actualité touchant à la lutte contre le terrorisme. Enfin, il s’est spécialisé dans la formation sur les thématiques de gestion des conflits, de gestion des crises et sur le management.

 

Marié, père de 3 enfants, sportif accompli, il est « directeur sportif » du Raid des Alizées organisé chaque année en milieu équatorial.

Bibliographie :

 

• « De Munich à Beslan, 30 ans de prises d’otages terroristes », Enjeux Diplomatiques et stratégiques, revue du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques – 2008

• « Pour combattre le terrorisme djihadiste, redevenons ce que nous avons toujours été », Le Figaro le 20/11/2015

• « Tir dans un Thalys : il faut mettre en place des points de contrôle aux frontières », le Figaro le 24/08/2015

• « Du GIGN au Raids » Santé Sport magazine, 11 Mars 2016

 

Langues d’intervention: français

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone