http://senseagency-philosophie.fr/
2018-12-1-prospective
 

 

 

Inspirez-vous des valeurs du sport : conquête, esprit d’équipe, performance, dépassement de soi… intégrer les nouvelles pratiques de management grâce à l’intervention d’un sportif qui parlera de son expérience en matière de leadership et de performance.

 

 

Cécilia Berder

BERDER Cécilia

Thématiques :  esprit d’équipe

fr - copie

Cécilia Berder commence l’escrime à l’âge de 7 ans avec Serge Lahrer, son premier maître d’arme.

En 2015, elle monte sur son premier podium mondial individuel à Moscou en s’inclinant seulement en finale face à la Russe Sofia Velikaya. Un an plus tard, aux Jeux olympiques de Rio, elle perd de nouveau contre la Russe Sofia Velikaya en quart de finale.

 

Cécilia Berder est également journaliste.

En 2016, elle anime la chronique hebdomadaire L’âme olympique diffusée chaque samedi sur France Info.

 

Son palmarès:

 Championne du monde par équipe 2018

Vice championne d’Europe 2018

5ème aux Jeux Rio 2016

Vice championne du monde 2015

N° 4 ranking mondial

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Maud-Fontenoy-wiki

Fontenoy Maud

Thématiques : environnement, sports nautiques, bien-être, engagement

fr - copie flag_uk - copie

Passionnée de voile très jeune, Maud Fontenoy navigue toute sa jeunesse avec ses parents. Elle suit la formation de l’école de voile des Glénans. Elle pratique aussi la natation et l’équitation. Impressionnée par la performance sportive de Gérard d’Aboville, qui est le premier Français à traverser l’océan Atlantique à la rame dans le sens ouest-est, elle décide de se former à cette discipline.

 

Traversée de l’océan Atlantique nord à la rame

Le 13 juin 2003, encouragée et parrainée par Gérard d’Aboville, elle entreprend à l’âge de 25 ans la traversée de l’océan Atlantique nord dans le sens ouest-est. Partie de Saint-Pierre-et-Miquelon, elle rejoint la Corogne en Espagne le 9 octobre 2003 après 117 jours de mer, 6700 km parcourus et une vingtaine de chavirages17. Elle est la première femme à avoir réalisé cette traversée précise de l’Atlantique Nord.

Traversée de l’océan Pacifique sud à la rame

Le 12 janvier 2005, Maud Fontenoy quitte le port de Callao au Pérou pour tenter de rallier Tahiti en suivant l’itinéraire du radeau Kon-Tiki de Thor Heyerdahl qui avait fait cette traversée en 1947. Elle comptait ramer pendant 4 ou 5 mois, sans assistance, sur son canot Océor long de 7,5 mètres et large de 1,6 mètre.Arrivée le 26 mars après 72 jours de mer et 6 780 kilomètres elle touche l’île de Hiva Oa aux îles Marquises.Maud Fontenoy est donc la première femme à réaliser l’exploit de cette traversée sur l’océan Pacifique sud d’est en ouest à la rame et sans assistance.

Tour de l’hémisphère sud à la voile à contre-courant

Le 15 octobre 2006, elle commence un parcours à la voile de 14 500 kilomètres, en solitaire et sans assistance, en parcourant les mers du Sud de l’est vers l’ouest, c’est-à-dire à contre-courant. Partie de l’île de La Réunion à la barre de L’Oréal Paris, elle passe par le cap de Bonne-Espérance, le cap Horn puis le cap Leeuwin avec pour objectif de revenir à son point de départ cinq mois plus tard.

Le 14 mars 2007, après 151 jours, elle rejoint son point de départ à La Réunion. Elle a ainsi fait un tour du monde de La Réunion à La Réunion en traversant les 3 océans dans les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants, à contre courant, ce qu’elle est la seule à avoir fait. L’objectif de ce tour du monde était de montrer aux enfants des écoles que tout rêve peut-être réalisé. Maud Fontenoy est la première à avoir réalisé un tour de l’hémisphère sud.

En 2008, elle crée la Maud Fontenoy Fondation, basée aux Pays-Bas, s’engage en France comme à l’international pour préserver les océans.

De février 2008 à 2014, elle a également été vice-présidente du Conservatoire du littoral.

Depuis le 5 juin 2009, Maud Fontenoy est porte-parole de l’UNESCO pour les océans.

Elle fait partie des « personnalités qualifiées » nommées au Conseil économique, social et environnemental (CESE) français par le gouvernement français entre octobre 2010 et octobre 2015.

En avril 2016, elle rejoint la rédaction de Valeurs actuelles pour la rubrique « environnement-santé ». Elle est également marraine de la promotion 2019 de l’école d’ingénieurs SeaTech.

 

 

Bibliographie

Octobre 2018 : Vivre, vraiment. Amour, engagement, bien-être : le bonheur au quotidien

Mars 2018 : Mission planète

Avril 2010 : Le sel de la vie

Mars 2004 : Atlantique face nord, 117 jours à la rame

 

Interview

Les bons conseils de Maud Fontenoy – C à Vous – 12/03/2018

http://tinyurl.com/yadswjmv

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Closon Vincent-Baptiste

Thématique : la relation client à l’heure du digital

 fr - copie

Diplômé de l’EDHEC BUSINESS SCHOOL où il a choisi de se spécialiser en Management, Business et Stratégie, Vincent-Baptiste Closon n’a de cesse de livrer sa vision de la« Relation Client à l’heure du digitale » lors d’interviews ou de débats.

 

 

 

En 2011, Vincent-Baptiste Closon, a été Directeur marketing de l’Olympique Lyonnais. Il avait pour mission de relever le défi de satisfaire le désir d’instantanéité et d’accessibilité dans un stade de 58000 personnes par des Investissements en infrastructures hightech, en télécommunications afin de fidéliser les spectateurs et de créer de nouvelles perspectives en terme de business pour révolutionner le parcours client comme la géolocalisation de sa place de match, de sa place de parking, … Un ensemble de services sur vidéos, réseaux sociaux, jeux concours et sondages afin que l’’expérience multi-devices et multi-canal soit aussi possible dans un stade à l’instar des Etats-Unis.

Puis en 2015, il est employé comme Global Marketing Director et Business Leader chez Babolat, une entreprise française basée à Lyon, spécialisée dans la fabrication d’articles de sport de raquette. La marque s’est fait connaître grâce à son savoir-faire en matière de cordage en boyau naturel pour raquette de tennis. Très présente à l’international, où elle réalise 80 % de ses ventes, elle est le numéro un mondial des cordages de raquette.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Emané Gévrise

Emané Gévrise

Thématique : Judo, la performance en entreprise

 fr - copie

 

Gévrise Émane, née le 27 juillet 1982 à Yaoundé au Cameroun, est une judokate française évoluant aujourd’hui dans la catégorie moins de 70 kg. Elle est licenciée au club du Levallois Sporting Club Judo et entraînée par l’ancienne championne olympique : Cathy Fleury. Elle est actuellement 6e dan. Au ranking OGQ, elle est à la 3e position avec 2138 points, tout comme au classement WRL (2088 points)

 

Gévrise Emane est titulaire d’un diplôme de professeur de sport en poste réservé à l’INSEP. Elle réalise également des missions au sein du BPJEPS de la fédération de judo.

Elle fut consultante pour L’Équipe 21 sur des émissions comme la Grande Édition et a commenté les Championnats du monde de judo 2017.

Elle réalise des interventions en entreprise sur des sujets liés à la gestion du stress, la gestion des états de concurrence ou comment rebondir après un échec (thématique du sport liée à l’entreprise).

Gévrise Emane a aussi pris part au programme « Bien Manger , C’est Bien Joué ! », programme lancé en 2005 par la Fondation du Sport. Elle a participé à la réalisation de vidéos adressées aux jeunes sportifs pour leur apprendre les bases d’une alimentation adaptée à l’effort physique. Ce programme de la Fondation du Sport sensibilise également les enfants à l’importance de l’activité physique.

Par ailleurs, elle est marraine de la fondation les enfants du jardin qui apporte un soutien aux familles et aux enfants atteints de maladies héréditaires du métabolisme traités par régime hypoprotidique.

Elle a aussi participé avec l’association « Unis vers le sport » en partenariat avec la fondation Adidas au projet de rénovation d’une école au Sénégal.

La judokate française a été l’une des ambassadrices, à l’occasion des Jeux olympiques à Rio en 2016, de l’association Solidario.

Palmarès :

  • Jeux Olympiques : Bronze (2012, Londres)
  • Championnat du Monde : Or (2015 Astana, 2011 Paris et 2007 Rio de Janeiro)
  • Championnat d’Europe : Or (2016 Kazan, 2012 Chelyabinsk, 2011 Istanbul, 2007 Belgrade, 2006 Tampere)
  • Championnat du Monde par équipe : Or (2011 et 2006 Paris)

Interview

ITW GEVRISE EMANE – TRIPLE CHAMPIONNE DU MONDE | Judo TV

http://tinyurl.com/y8ncbcve

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Stéphane Diagana

Diagana Stéphane

Thématique : le sport santé en entreprise, la performance collective durable

 fr - copie

Ex Champion du Monde et toujours recordman d’Europe du 400m haies, il partage son temps entre plusieurs activités, consultant pour France Télévision, conférencier en entreprise sur

«La Performance Collective Durable», «Le sport santé en entreprise» et partenaire de quelques marques dans le domaine sportif.

Une reconversion réussie et diversifiée, animateur de conférences sur La Performance en entreprise, partenaire d’entreprises du sport et de la diététique sportive, créateur du concept et porteur du projets de Campus Diagana Sport Santé, rédacteur d’un rapport sur le développement du Sport à l’Université, diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris, Stéphane Diagana est un professionnel prolifique au parcours admirable.

Né le 23 juillet 1969 à Saint-Affrique, Stéphane Diagana est un athlète français spécialiste du 400 m haies, champion du monde en 1997 et champion d’Europe en 2002. Il est aussi sacré champion du monde du relais 4 × 400 m de 2003 à la suite de la disqualification du relais américain pour dopage deux ans plus tard.

Il fut le premier champion du monde d’athlétisme masculin français et détient depuis 1995 le record d’Europe du 400 mètres haies en 47 s 37. Il co-détient par ailleurs le record de France du relais 4 × 400 mètres.

Stéphane Diagana est diplômé en 2004 de ESCP Europe, où il a suivi des études en tant qu’athlète de haut niveau. Il est également titulaire d’un DUT de biochimie agroalimentaire.

En 2007, il devient à l’unanimité le premier président de la Ligue nationale d’athlétisme, fonction qu’il occupera jusqu’en 2009. Il devient également consultant pour France Télévisions, aux côtés de Patrick Montel, Bernard Faure, Alexandre Boyon et Nelson Monfort. En 2016, il commente les épreuves d’athlétisme des Jeux paralympiques de Rio sur France Télévisions.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
stéphane-caron_nb

Caron Stephan

Thématique : natation, finance

flag_uk - copie fr - copie

Malgré son très beau palmarès en natation, avec deux médailles olympiques et un titre de champion d’Europe, Stephan Caron était en fait destiné à la finance. «Depuis que je suis gamin, j’ai toujours rêvé de travailler dans la City», explique-t-il. Il a réussi à mener sa carrière sportive tout en continuant ses études de commerce à Paris, à l’ISG, puis à l’ESCP.

Après les Jeux de Barcelone en 1992, il commence sa carrière financière dans une grande banque à Paris.

Très à l’aise dans l’eau grâce à son abattage et sa légèreté (2,01m pour 83kg), il se concentre sur 100 et 200 mètres même si ses particularités techniques (c’est surtout un « nageur de bras ») auraient pu faire de lui un grand nageur de demi-fond.

Stéphane Caron a été, pour l’ensemble de son œuvre, le deuxième nageur du monde pendant deux olympiades. Il a été trente fois champion de France individuel, dont quatorze fois d’été.

Stephan Caron a mené une belle carrière dans la finance, essentiellement en Grande-Bretagne, travaillant pour Suez et, pendant quatorze ans, la General Electric, qu’il a quitté pour rejoindre l’investisseur international BlackRock, où il opère au titre de directeur du Corporate Financing, et où, croyez-le ou pas, son grand patron s’appelait Michael Phelps.

Cependant, il n’a pas tout-à-fait quitté la natation, organisant un meeting international à Singapour. Il a également commenté les images de télévision pendant les jeux olympiques de Pékin et Rio.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Lorenzo Vera-Michael

Lorenzo-Vera Michaël

Thématique : Golf

 fr - copie

Michaël Lorenzo-Vera (né le 28 janvier 1985 à Biarritz) découvre le golf à l’âge de 6 ans. A 15 ans, il arrête ses études pour se consacrer entièrement au golf.

 

Michaël Lorenzo-Vera a joué sur le Challenge Tour durant les saisons 2006 et 2007. En 2007, Il remporte le dernier tournoi de la saison et progresse ainsi de la septième à la première place de l’ordre du mérite et devient le tout premier français à terminer n°1 du Challenge Tour.

En 2008, Michaël passe sur le PGA Tour Européen. Son meilleur résultat est pour le moment une deuxième place le 20 avril 2008 lors du Volvo China Open.

Michaël Lorenzo-Vera termine la saison 2010 classé en 188e position. Ses gains acquis durant la Race to Dubai 2010 ne lui permette pas de pourvoir garder sa carte pour la saison suivante sur le Tour européen. Michaël Lorenzo-Vera doit repasser par les cartes européennes pour obtenir une catégorie pleine sur le Tour européen en 2011. Il ne parvient pas à terminer parmi les trente premiers de ce tournoi final des cartes et retourne donc pour la saison 2011 sur l’échelon inférieur du golf européen : le Challenge Tour.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Fabien Pelous

Pelous Fabien

Thématiques : rugby

fr - copie

Ce fils d’agriculteurs né le 7 décembre 1973 à Toulouse, la ville du rugby, commence sa carrière de rugbyman très tôt. A 10 ans Fabien Pelous intègre l’équipe locale de Saverdun, avant de parfaire sa formation au SC Graulhet. En 1995, il rejoint Dax où ses prestations remarquables au poste de deuxième ligne ou troisième ligne centre lui ouvrent les portes de l’Equipe de France face à la Roumanie le 17 octobre de la même année.

Deux ans plus tard, le gaillard d’1,98m pour 110 kilos signe à Toulouse. C’est avec ce club qu’il n’a plus quitté depuis qu’il va glaner ses plus beaux trophées. Deux titres de champion de France en 1999 et 2001, deux Coupe d’Europe de Rugby en 2003 et 2005. Naturellement, sa carrière avec les Bleus est du même acabit. Recordman des sélections tricolores (118) devant Philippe Sella, Fabien Pelous remporte 5 tournois des 5 puis des 6 Nations dont 4 Grand Chelem, en 1997, 1998, 2002 et 2004. En 2003, il succède à Fabien Galthié pour le capitanat en équipe de France, avant de prendre sa retraite internationale le 7 novembre 2007.

Avec 118 sélections, Il est le recordman de sélections en Equipe de France, il a joué 300 matchs sous les couleurs du Stade Toulousain… Il a remporté 2 tournois des 5 nations, 3 tournois des 6 Nations, 2 coupes d’Europe et 3 championnats de France. Au cours de sa carrière il a vu son sport évoluer avec l’arrivée du professionnalisme, l’apport des nouvelles technologies et l’utilisation des datas pour le développement de la performance du joueur et du collectif. Il a également battu 4 fois les All Blacks.

Unanimement reconnu par ses pairs pour son talent et sa gentillesse, ce kinésithérapeute que l’on surnommait le Pélican à ses débuts professionnels se consacre désormais à son club et aux vignes qu’il possède dans le bordelais avec Djibril Cissé, Bixente Lizarazu et Sydney Govou.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Frédéric Michalak

Michalak Frédéric

Thématiques : rugby

fr - copie

Né le 16 octobre 1982, Frédéric Michalak est né à Toulouse, une des villes championnes du rugby français. Egalement formé à Toulouse, il commence le rugby très jeune et progresse au sein du club de la ville. Dès l’âge de 18 ans, avec son mètre 80 et ses 80kg, Frédéric Michalak prend sa place en tant que demi d’ouverture puis de demi de mêlée au sein de l’équipe du Stade toulousain avec qui il devient tout de suite champion de France. Le 10 novembre 2001, il commence sa carrière en équipe nationale avec le XV de France en affrontant l’Afrique du Sud.

Après avoir été champion de France junior en 2000, Frédéric Michalak entame sa carrière professionnelle en 2001. D’une part avec le Stade toulousain, d’autre part avec l’équipe de France où il fait une entrée très remarquée dès ses débuts. Au poste de demi d’ouverture ou de demi mêlée, sa polyvalence le fait rapidement intégrer l’équipe nationale. Une nouvelle coupe d’Europe est à nouveau remportée avec Toulouse en 2005. Par la suite souvent blessé, il cède peu à peu la place à son homologue Lionel Beauxis. Il quittera le temps d’une saison la France pour rejoindre l’équipe sud-africaine des Sharks en 2007. Il signera pour trois ans dès 2008 avec son club d’origine, le Stade toulousain. Blessé fin 2010, il reprend sa place de titulaire à la rentrée 2011 au sein du club.

En 2001, il remporte la coupe de France puis participe à la coupe du monde de la même année. Il inscrira 251 points. En 2003, au cours de la coupe du monde, après avoir été champion d’Europe avec son club, il devient le buteur officiel du XV de France. Sélectionné 54 fois, depuis 2001, il a marqué 9 essais et réalisé 37 transformations, 5 drops et 39 pénalités.

Chaque année, le palmarès augmente, malgré les blessures dont Michalak est souvent victime. En 2006 et en 2009, il remportera le tournoi des 6 nations en inscrivant 45 points (dont 3 essais). En 2007, il est à nouveau titulaire pour la coupe du monde. Vous retrouverez sa biographie écrite par Laurent Depret sous la forme d’entretiens, dans Frédéric Michalak : ma vie, le rugby, paru chez Horizon illimité en 2004.

Connu pour ses nombreux tatouages sur le corps, il est aussi l’un des joueurs de rugby qui a été le plus utilisé par les spon­sors depuis le début des années 2000. Micha­lak a été l’égé­rie de nombreuses marques comme Compex, Quick ou encore Biotherm.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Laura Fessel

Flessel Laura

Thématiques : popularisation de l’escrime

 flag_uk - copie fr - copie

L’escrimeuse épéiste Laura Flessel, surnommée «la guêpe» – sans doute à cause de ses nombreuses touches aux pieds de ses adversaires-, est une sportive de haut niveau aux multiples victoires, connue dans le monde entier et reconnue par ses pairs. Au-delà de son impressionnant palmarès, et d’une carrière de 17 ans, elle a pour projet de populariser l’escrime.

Laura Flessel-Colovic est née à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 6 novembre 1971. Après s’être essayée à la danse, elle commence à 6 ans seulement à pratiquer l’escrime, le fleuret tout d’abord. Elle se démarque très vite et devient à plusieurs reprises championne de Guadeloupe.

En 1990, elle quitte son île natale et intègre le Racing Club de France, en métropole. A l’INSEP, elle s’entraîne avec les meilleurs escrimeurs. Elle délaisse alors le fleuret, pour prendre l’épée qui correspond mieux à son tempérament.

C’est en 1995 qu’elle remporte son premier titre sur la scène internationale.

Mais Laura Flessel connaît sa première vraie consécration mondiale en 1996, avec l’équipe de France, lors des J.O. d’été d’Atlanta : elle est doublement médaillée d’or en individuel et en équipe, au côté de Sophie Moressée-Pichot, une escrimeuse de renom elle aussi.

Elle enchaîne en 1998 avec les championnats du monde en Suisse, où elle décroche deux médailles d’or, en individuel et en équipe.

En 1999, elle réitère son exploit lors du championnat du monde à Séoul, en Corée du Sud, mais cette fois-ci en individuel uniquement.

L’année 2000, Laura Flessel figure alors parmi les sportives françaises favorites aux Jeux olympiques de Sydney, et elle obtient une médaille de bronze en individuel.
En 2001, elle participe aux mondiaux qui se disputent à Nîmes. Elle en repart avec une médaille d’argent. Elle gagne trois fois la coupe du monde d’épée féminine, en 2002, 2003 et 2007, puis est médaillée d’or aux championnats d’Europe de la même année.

2009 marque un tournant : malgré une 3e place aux championnats d’Europe, elle butte aux championnets du monde, sans réussir à se classer. En 2010, elle rebondit cependant avec deux médailles de bronze au niveau européen, sans réussir à confirmer au niveau mondial.
En 2012, pour les JO de Londres, Laura Flessel-Colovic portera le drapeau de la délégation française, mais reviendra bredouille. Elle décide alors de mettre un terme à sa carrière à l’âge de 41 ans.

Consciente que les compétitions ne durent qu’un temps, Laura Flessel est associée-gérante de la Société Flessel & Co ayant pour objet la gestion, l’utilisation et la protection de son image.
Durant sa carrière, cette épéiste fait la promotion de l’escrime dans les petits clubs des quartiers défavorisés en les dotant de matériel. C’est à cet effet, Laura Flessel a fondé l’association Ti’Colibri.
En 2008, la championne escrimeuse s’implique dans le programme «Envole-toi» qui a pour but de préparer de jeunes escrimeurs aux JO de 2012.

Femme de cœur, elle est en outre marraine de Handicap International, association au sein de laquelle elle fait plus que prêter son image.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone