2018-10-02-militaire-philosophe-2BIS
2018-03-19-BANNIERE-HAUT-SITE-MARION
2016-08-10-BANNIERE-ROSNAY
2016-08-10-BANNIERE-pelluchon
2016-11-18-banniere-haut-brexit
2017-01-20-BANNIERE-HAUT-LEPAGE-SANS-DATE
BANNIERE-Picq-layerslider-SANS-DATES
2016-11-18-PELLUCHON-SERRES-SANS-DATE
banniere-LAYERSLIDER-SANS-DATE-3
 

 

Jeanne-Bordeau copie

Bordeau Jeanne

Thématiques : linguistique

fr - copie

Fondatrice et dirigeante d’un bureau de style en langage

Fondatrice de l’Institut de la qualité de l’Expression,

Jeanne Bordeau « designe » le langage et conseille des grandes entreprises et institutions.

 

Linguiste et précurseur dans son domaine, Jeanne analyse depuis 20 ans le langage des entreprises (SNCF, L’Oréal Paris, MAAF, La Poste…) pour saisir l’âme particulière de chacune d’entre elles. Son Institut combat pour la qualité de la langue, essentielle à la cohérence et à l’excellence des messages. Plus de 1000 entreprises accompagnées et observées.

Son objectif : les aider à singulariser leurs discours.

Conférencière, lorsque Jeanne Bordeau prend la parole dans des entreprises, associations professionnelles, think tanks ou Instituts de recherche, elle partage « 20 ans de vie en langage ». Ce qu’elle raconte et commente, elle l’a éprouvé. C’est pourquoi elle réussit à faire « bouger » l’auditoire. Jeanne fait ressentir son analyse approfondie du langage des entreprises et sa vision avant-gardiste de la langue digitale. Elle est également auteur de dix livres et d’une vingtaine d’études de tendances sur l’évolution du langage économique et digital.

Artiste, sous le nom de Jane Bee, Jeanne compose des tableaux à partir de mots recueillis dans la presse. Ses tableaux mettent en scène les tendances socio-lexicales de chaque année par thème : les femmes, le développement durable, la société, la culture, la communication… Ils sont une véritable fresque lexicale de l’époque.

Novatrice, Elle est à l’origine de nombreuses méthodes linguistiques utilisées par les entreprises, dont l’observatoire des mots® qui retrace les tendances lexicales d’un secteur. Et ses chartes sémantiques® donnent cohérence et juste tonalité à chaque marque.

Influenceuse : Writing Star pour LinkedIn, elle est entrée en 2017 dans le classement des « Top Voices » du réseau.

Décrypteuse de tendances : à travers ses livres, ses conférences et ses études de tendances, elle fait connaître les évolutions du langage et ses enjeux dans l’univers économique, à l’heure du digital et de l’IA.

 

Thématiques de conferences :

  • Le dirigeant et le langage : itinéraire d’une transformation !
  •   Storytelling d’entreprise : le Président, premier conteur de l’entreprise
  •   Que faut-il penser de l’IA et du langage : Do you speak Chatbots ?
  •   Y a-t-il un langage du Web ? Quelles sont les spécificités de l’écriture digitale ?
  •   Storytelling : stop aux clichés !
  •   La transformation digitale, c’est aussi une affaire de langage !
  •   Quand le storytelling se fait digital : quelles en sont les lois ?
  •   L’expérience client a besoin du langage

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Maud-Fontenoy-wiki

Fontenoy Maud

Thématiques : environnement, sports nautiques, bien-être, engagement

fr - copie flag_uk - copie

Passionnée de voile très jeune, Maud Fontenoy navigue toute sa jeunesse avec ses parents. Elle suit la formation de l’école de voile des Glénans. Elle pratique aussi la natation et l’équitation. Impressionnée par la performance sportive de Gérard d’Aboville, qui est le premier Français à traverser l’océan Atlantique à la rame dans le sens ouest-est, elle décide de se former à cette discipline.

 

Traversée de l’océan Atlantique nord à la rame

Le 13 juin 2003, encouragée et parrainée par Gérard d’Aboville, elle entreprend à l’âge de 25 ans la traversée de l’océan Atlantique nord dans le sens ouest-est. Partie de Saint-Pierre-et-Miquelon, elle rejoint la Corogne en Espagne le 9 octobre 2003 après 117 jours de mer, 6700 km parcourus et une vingtaine de chavirages17. Elle est la première femme à avoir réalisé cette traversée précise de l’Atlantique Nord.

Traversée de l’océan Pacifique sud à la rame

Le 12 janvier 2005, Maud Fontenoy quitte le port de Callao au Pérou pour tenter de rallier Tahiti en suivant l’itinéraire du radeau Kon-Tiki de Thor Heyerdahl qui avait fait cette traversée en 1947. Elle comptait ramer pendant 4 ou 5 mois, sans assistance, sur son canot Océor long de 7,5 mètres et large de 1,6 mètre.Arrivée le 26 mars après 72 jours de mer et 6 780 kilomètres elle touche l’île de Hiva Oa aux îles Marquises.Maud Fontenoy est donc la première femme à réaliser l’exploit de cette traversée sur l’océan Pacifique sud d’est en ouest à la rame et sans assistance.

Tour de l’hémisphère sud à la voile à contre-courant

Le 15 octobre 2006, elle commence un parcours à la voile de 14 500 kilomètres, en solitaire et sans assistance, en parcourant les mers du Sud de l’est vers l’ouest, c’est-à-dire à contre-courant. Partie de l’île de La Réunion à la barre de L’Oréal Paris, elle passe par le cap de Bonne-Espérance, le cap Horn puis le cap Leeuwin avec pour objectif de revenir à son point de départ cinq mois plus tard.

Le 14 mars 2007, après 151 jours, elle rejoint son point de départ à La Réunion. Elle a ainsi fait un tour du monde de La Réunion à La Réunion en traversant les 3 océans dans les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants, à contre courant, ce qu’elle est la seule à avoir fait. L’objectif de ce tour du monde était de montrer aux enfants des écoles que tout rêve peut-être réalisé. Maud Fontenoy est la première à avoir réalisé un tour de l’hémisphère sud.

En 2008, elle crée la Maud Fontenoy Fondation, basée aux Pays-Bas, s’engage en France comme à l’international pour préserver les océans.

De février 2008 à 2014, elle a également été vice-présidente du Conservatoire du littoral.

Depuis le 5 juin 2009, Maud Fontenoy est porte-parole de l’UNESCO pour les océans.

Elle fait partie des « personnalités qualifiées » nommées au Conseil économique, social et environnemental (CESE) français par le gouvernement français entre octobre 2010 et octobre 2015.

En avril 2016, elle rejoint la rédaction de Valeurs actuelles pour la rubrique « environnement-santé ». Elle est également marraine de la promotion 2019 de l’école d’ingénieurs SeaTech.

 

 

Bibliographie

Octobre 2018 : Vivre, vraiment. Amour, engagement, bien-être : le bonheur au quotidien

Mars 2018 : Mission planète

Avril 2010 : Le sel de la vie

Mars 2004 : Atlantique face nord, 117 jours à la rame

 

Interview

Les bons conseils de Maud Fontenoy – C à Vous – 12/03/2018

http://tinyurl.com/yadswjmv

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Angélique-Aubert

AUBERT Angélique

Thématiques : l’art et l’entreprise, le mécénat, le marché de l’Art contemporain

fr - copie flag_uk - copie

Après avoir été directrice de la communication du groupe N@rt, directrice du mécénat, des projets artistiques et de la collection d’art contemporain de la Société générale, puisdu groupe Emerige, Angélique Aubert rejoint m-O conseil, cabinet de conseil en recrutement dans le domaine des « industries creatives ».

Angélique Aubert débute sa carrière dans le monde de la presse économique et financière avant de devenir Directrice de la communication de N@rt, la première start-up dédiée à l’art, qui proposait de l’info artistique en ligne et des chroniques d’expositions. Dans la fièvre de l’internet, on a pu racheter le Journal des arts et l’œil.

En 2003, elle rejoint la Société Générale, dont elle crée le département de mécénat artistique, et développe pendant dix ans la collection d’art contemporain de l’entreprise.

En 2013, Laurent Dumas, patron du groupe immobilier de prestige Emerige, lui confie les rênes de la politique de mécénat de groupe ainsi que la valorisation de sa collection privée.

Elle accompagne ainsi la création du Fonds de dotation Emerige pour l’art contemporain et de la Bourse Révélations Emerige en 2014.

Les collaborateurs travaillent entourés d’œuvres qui sont accompagnées de cartel volontairement explicites. Ils sont conviés à des visites de musées, à des expositions. Tout comme la charte d’engagement autour de «1 immeuble/1 œuvre», ces actions de mécénat artistique font de Laurent Dumas un promoteur à part et participent de la valeur de son groupe.

Aujourd’hui, Angélique Aubert a rejoint m-O conseil, cabinet de recrutement basé à Paris et spécialisé dans le management de la création et le recrutement pour les sociétés à fort contenu créatif.

 

Du point de vue des ressources humaines, le milieu de l’art contemporain est un monde clos. Le bouche-à-oreille fonctionne, mais condamne les institutions, les fondations, les musées et les entreprises investies dans la culture à recruter dans un milieu restreint.

Au sein du cabinet, elle a pour objectif de découvrir et solliciter des talents en France et à l’international.

 

Interviews et conférences

Angélique Aubert « faire briller les Révélations Emerige à l’international » – Septembre 2017

http://tinyurl.com/yd33gcp3

« Les Révélations Emerige : un tremplin artistique pour 90% des candidats » – juin 2017

http://tinyurl.com/yc95eo74

Les trésors de voyage d’Angélique Aubert – Le Figaro 2015

http://tinyurl.com/ybg7t6oe

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Photo MAB (N&B)

BRILLANT Marc-Antoine

Thématiques : la prise de risque, la gestion du stress, management, la guerre

fr - copie

Diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et de l’Ecole de Guerre, titulaire du Mastère spécialisé business performance management de l’ESCP, le lieutenant-colonel Marc-Antoine BRILLANT est actuellement conseiller à la direction générale de l’ANSSI, l’agence nationale de cyberdéfense.

Dans ses affectations précédentes, il a notamment commandé des unités de combat en Afghanistan et au Liban, avant de servir comme analyste performance opérationnelle pour l’armée de Terre, puis plus récemment comme chef des opérations d’un groupement tactique de 700 hommes au Sahel. Il a publié « Israël contre le Hezbollah. Chronique d’une défaite annoncée » aux Editions du Rocher ainsi que de nombreux articles pour la Revue des Deux Mondes, la Revue de la Défense Nationale et la revue Stratégique.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Nils Aziosmanoff

Thématiques : musique, nouvelles technologiques, prospective

fr - copie

Nils Aziosmanoff débute sa carrière comme musicien de jazz, directeur du conservatoire de musique et de danse de Jouy-en-Josas, et enseignant en micro informatique musicale à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et à l’Institut International de l’Image et du Son (IIIS). Passionné par les liens entre innovation et création, il fonde et préside Le Cube, centre de création numérique à Issy-les-Moulineaux, et participe à la création de plusieurs start-up de technologies innovantes.

Il donne régulièrement des conférences et anime les « Rendezf1vous du Futur« , plus de 100 émissions sur les enjeux de la société numérique (http://www.rendezvousdufutur.com), et dirige la « Revue du Cube » (http://www.cuberevue.com).

Nils Aziosmanoff fait partie des « 100 personnalités constituant la Relève » sélectionnées par Les Echos en 2016.

Il a reçu le Prix du « Forum Changer d’ère 2018  » sous le haut patronage du Président de la République.

Il est Chevalier des Arts et des Lettres.

 

Nils Aziosmanoff a débuté sa carrière comme musicien de jazz. En 1980, il est nommé directeur du Conservatoire de musique et de danse de Jouy- en-Josas, tout en continuant ses activités de compositeur et arrangeur, musicien de scène et de studio spécialiste en informatique musicale. Création de formations professionnelles à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) et à IIIS (Institut International de l’Image et du Son). Dès 1988, il crée une association à la convergence des arts, des sciences et des technologies , qui a développé différentes activités autour de la création numérique avec des professionnels de plus de 30 pays. Plus tard, cette association pionnière a donné naissance, en 2001, au premier centre de création numérique en France, LE CUBE.

 

Le CUBE soutient les nouvelles formes de création autour de pratique tous publics et de diffusion (plus de 3000 événements dont le Cube Festival et le Prix International de la Création Numérique, autour de 4000 artistes de la scène internationale), et de production (plus de 400).

Depuis 2007 il anime un Lab d’éducation numérique en partenariat avec l’Education Nationale et offre une formation certifiante qui a obtenu le label “Grande école du numérique”.

Il est soutenu par la Ville d’Issy-les- Moulineaux, Grand Paris Seine Ouest, la Région Ile-de- France, le Ministère de la Culture ainsi que de nombreux partenaires publics et privés.

De 1998 à 2001 il es Président fondateur d’ART3000, une association pionnière dans le domaine des arts numériques, son action militante lui a value d’être sélectionné pour diriger l’organisation d’ISEA2000 (International Symposium on Electronic Arts), qui compte parmi les événements les plus réputés de la scène internationale (https://en.wikipedia.org/wiki/ISEA_International).

Après une formation à HEC, il a également créé plusieurs entreprises de technologies innovantes. Depuis 2014, Yesday, est tournée vers le concept de smart city et conçoit des lieux innovants qui placent l’humain et le numérique au coeur des dynamiques de l’économie contributive. Il collabore notamment avec le Groupe Icade, la CDC, Paris Métropole, des collectivités ainsi que tout un écosystème d’entreprises innovantes.

 

Il est également le Président fondateur de Navidis de 2003 à 2015, dédiée à la création de cartographies numériques éditorialisées pour l’Education Nationale (obtention du label RIP – Reconnu d’intérêt Pédagogique), la Ville d’Issy-les-Moulineaux, le consortium Smart Grid – Bouygues, ou l’Agence Régionale de Développement de la Région Ile-de-France. Plusieurs fois primé, Navidis a participé à des programmes de recherche dont : EPIC (European Platform for Intelligent Cities), Smart City+, lauréat du Grand Emprunt Ville Numérique (CDC – BPI France).

 

Conférences et interventions

Nombreuses conférences et interventions sur la transformation digitale, dont :

Institutionnels et collectivités : Unesco, CCIP, Ville d’Orléans, Conseil Départemental de l’Eure, Conseil Départemental des Hauts de Seine, Conseil Départemental du Loiret, Entretiens Albert Kahn (Laboratoire d’innovation publique du CG92), Smart City Forum de Nantes, Forum Smart City du Grand Paris, Réunion des Musées Nationaux, Defacto (La Défense), Nantes Métropole, Fondation Cartier, Maison des Mathématiques, Grand Palais, Forum Changer d’Ere Immobilier – énergie – transport : Icade, Colas, Bouygues, ARP, Altaréa Cogedim, Sicame, Total, Veolia, GRT Gaz, ERDF, EDF

Innovation : SFR, Altran, Aastra, Orange, Fondation Télécom, Korda & Partners

Santé : Astellas, Sanofi

Grande distribution : Adeo, Groupe But, Leroy Merlin, Immochan, Club Mercure, Groupe La Poste

Agriculture : CNMCCA, Légumes de France, Références Fertiles, Hortimax

Banque et assurance : HSBC, Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, Groupe Verlingue

Médias : Les Echos, La Tribune, BFM.TV, France Télévision, TSF Jazz, France Inter, Beaux Arts magazine, L’Oeuil, L’Humanité, France Culture.

RH, Coaching & Executive learning : Congrès Learning Talent Development, Congrès RH, Cegos, International Coaching Forum, Media School Group, Mines telecom Business School, HEC, IHEST, Science Po

 

Création de médias :

Les Rendezvous du Futur, web-émission créée avec Joël de Rosnay. Plus de 100 émissions sur la société numérique avec notamment : Jeremy Rifkin, Etienne Klein, Bernard Werber, Patrick Viveret, Claudie Haigneré, Gilles Clément, François Taddéï, Axel Kahn, Cédric Villani, Laurence Devillers, Gilles Babinet, Bernard Stiegler, Joseph Stiglitz, Alain Ducasse, Jacques Attali, Gilles Bœuf, François Schuiten, etc. (https://www.rendezvousdufutur.com)

La Revue du Cube réunit des personnalités et experts engagés dans la société numérique (http://lecube.com/revue)

La Technology Review du MIT : Rédacteur en chef invité de l’édition spéciale « No(s) Futurs » (2008).

La revue Nov’Art – Arts et Nouvelles Technologies, 20 éditions et 2 éditions spéciales.

 

Participation à des ouvrages collectifs : L’Hybridation des mondes (Elya Editions) ; La Ville

3.0 (Altran) ; La cité de l’empathie (PUF) ; Inter créativité et co éducation, le numérique au coeur des nouveaux modes d’apprentissage (Laboratoire d’innovation publique du Conseil départemental des Hauts-de-Seine).

 

 

Membre de comités scientifiques : Mines Télécom Business School – parrain de la promotion Ingénierie d’affaires internationales ; Conseil des Partenaires de la Mission de Préfiguration du Grand Paris ; Membre partenaire du Prix de la Transmission du Collège des Bernardins.

 

Membre de jurys : président du Jury de la Bourse Créateur Numérique de la Fondation Lagardère (depuis 10 ans) ; président d’honneur du Prix International Best Innovators – Groupe Total ; jury du Fonds d’Aide à l’Edition Multimédia du Centre National du Cinéma ; jury du Prix de la Fondation Culture et Diversité ; jury de Forme Publique – Biennale de création de mobilier urbain de Paris La Défense

 

Autre : lauréat d’HEC Challenge+ ; sélectionné parmi les « 100 personnalités constituant la Relève » par le Journal Les Echos en 2016 ; Prix du Forum Changer d’ère 2018 sous le haut patronage du Président de la République; Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
aurélie-pennel_delphine-luginbuhl

Luginbuhl Delphine et Pennel Aurélie

Thématique : rendre efficace un groupe de travail en 4 heures – Optimisme et bienveillance

 fr - copie

Delphine Luginbuhl est ingénieur de l’Ecole Centrale Paris et diplômée de ppsychologie. Aurélie Pennel est diplômée de l’Ecole de Management de Grenoble (GEM). Ensemble, elles ont écrit le livre « Cultivez l’optimisme ».

Delphine Luginbuhl intervient en entreprise en tant que coach et conférencière. Elle accompagne également des particuliers en quête d’épanouissement professionnel et personnel.

 

Aurélie Pennel  dirige depuis plus de 15 ans des équipes de tailles variées dans un grand groupe industriel français.

Elle exerce également une activité de consultante et de conférencière.

Ensemble, elles ont écrit le livre « Cultivez l’optimisme » – Editions Eyrolles, janvier 2018

 

Les thématiques

Rendre efficace un groupe de travail en 4 heures (cas client) :

http://www.delphineluginbuhl.com/rendre-efficace-un-groupe-de-travail-en-4-heures-(cas-client).html

Optimisme et bienveillance :

http://www.pennelup.com/conf%c3%a9rences.html

http://www.delphineluginbuhl.com/cultiver-l-optimisme–100—d-adh%C3%A9sion-!-(t%C3%A9moignage-client).html

 

Publications

Cultivez l’optimisme » – Editions Eyrolles, janvier 2018

Interviews / conferences

Notre cerveau pessimiste par nature – « 7 milliards de voisins » sur RFI :

https://www.youtube.com/watch?v=M5RBspHJw8U&feature=youtu.be

« Cultiver l’optimisme » :

http://www.pennelup.com/conf%c3%a9rences.html

Film de témoignages sur les conférences en entreprise « Optimisme et Bienveillance, le duo gagnant » :

https://www.youtube.com/watch?v=trYlPQE4qtM&feature=youtu.be

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Lionel-NACCACHE

NACCACHE Lionel

Thématique : exploration des propriétés psychologiques et des bases cérébrales de la conscience

 fr - copie

Lionel Naccache a suivi ses études de médecine à l’Université Pierre et Marie Curie Paris VI et est également diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm.

Neurologue, chercheur en neurosciences cognitives à l’ICM (Institut du cerveau et de la moelle épinière) de la Salpêtrière, professeur de médecine à l’Université Paris VI et membre du comité consultatif d’éthique

 

 

Lionel Naccache a suivi ses études de médecine à l’Université Pierre et Marie Curie Paris VI et est également diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm.

Neurologue, chercheur en neurosciences cognitives à l’ICM (Institut du cerveau et de la moelle épinière) de la Salpêtrière, professeur de médecine à l’Université Paris VI et membre du comité consultatif d’éthique

 

Ses travaux sont consacrés à l’exploration des propriétés psychologiques et des bases cérébrales de la conscience, et croisent plusieurs approches complémentaires dont l’expérience clinique de patients souffrant de troubles neurologiques ou psychiatriques, ainsi que l’étude de la cognition de l’homme sain et de l’homme malade à l’aide de paradigmes expérimentaux de psychologie cognitive combinés à des techniques d’imagerie cérébrale fonctionnelle. Il envisage l’écriture d’essais comme une troisième voie de recherche sur la subjectivité, en revisitant des questions plus vastes telles que l’inconscient, la croyance, la mondialisation ou la poésie.
Les ouvrages de Lionel Naccache permettent de mieux saisir le phénomène des perceptions, à la fois vraies c’est-à-dire déclenchant bel et bien un effet dans le cerveau et pas vraies car très vite (à la vitesse des neurones) enrichies de fictions, interprétations et croyances.

 

Une invitation à prendre la mesure de cette réalité biologique pour ne pas abuser de nos évidences, sans pour autant rejeter ce qui a bel et bien été perçu par nos sens et qui a eu un effet sensoriel, besoin d’être vivant oblige.

 

Lionel Naccache poursuit ses recherches sur des notions fondamentales pour répondre à notre désir à tous : nous connaitre, savoir ce qu’est la conscience…

 

Il est l’auteur du « Nouvel Inconscient »(2006) qui a bouleversé notre représentation du modèle psychologique au profit de la réalité biologique du phénomène.

 

Avec son ouvrage, l’inconscient sort de la seule dimension freudienne pour se lier avec l’inconscient cognitif. Ce dernier est un vrai inconscient, tandis que celui du père de la psychanalyse traduit le fourmillement du conscient psychique, formidablement doué pour créer de la fiction riche du sens, notamment celui des informations non conscientes mais bel et bien vivaces en soi

 

Durant l’été 2017, il présente une chronique sur le cerveau l’émission « Parlez-vous cerveau? », à la matinale de France Inter.

 

Prix

2017 : prix Pierre Simon8.

2016 : prix Lamonica de neurologie, Académie des sciences

2011 : prix Diderot-Curie

2011: Prix Le Goff, Lemonon, Houry, Laveran de l’Académie des Sciences

2009 : Rising Star of Psychology par l’Association américaine de psychologie

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Vladimir-Fedorovski

Fédoroski Vladimir

Thématique : la relation client à l’heure du digital

 fr - copierussia_flag_round_stickers_

Vladimir Fédorovski est un écrivain et ancien diplomate russe.

Vladimir Fédorovski a d’abord été élève à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO). Ayant acquis une parfaite connaissance des langues anglaise, française et arabe, il a commencé par travailler comme attaché à l’ambassade soviétique de Mauritanie, avant d’être nommé dans les années 1970 interprète au Kremlin, assistant Léonid Brejnev dans ses rencontres avec les dirigeants des pays arabes. En 1977, il est nommé à l’ambassade soviétique à Paris et en 1985, passe un doctorat d’État en histoire sur le rôle des cabinets dans l’histoire de la diplomatie française.

De retour à Moscou, il travaille au ministère des affaires étrangères comme chef de cabinet du vice-ministre Vladimir Petrovski (qui écrit les discours de Léonid Brejnev et du ministre Gromyko).

Fédorovski sera ensuite nommé conseiller diplomatique pendant la période de la glasnost. Partisan de Gorbatchev, il est porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques pendant le putsch de Moscou d’août 1991, s’opposant à la ligne « dure » du Parti communiste.

 

Devenu écrivain, il enseigne à HEC depuis 1992, a été fait officier des Arts et des Lettres et a obtenu la nationalité française en 1995. Membre de la Société des auteurs de Normandie, il est également conseiller historique au Mémorial de Caen pour la période de la guerre froide, et a été distingué de plusieurs prix littéraires dont le prix d’histoire André Castelot en 2006. Il a publié son premier roman en 1997, Les Deux sœurs (Lattès), puis une série romanesque de l’histoire russe en trois volumes (Le Roman de Saint-Petersbourg, Le Roman de Moscou, et Le Roman de la Russie insolite) de 2003 à 2004 ; il dirige par ailleurs la collection « Le Roman des lieux magiques » des Éditions du Rocher et est Président d’honneur de la Fédération Française des Salons du livre.

Récipiendaire de plusieurs prix littéraires, il a dernièrement publié Le Roman de la perestroïka (éd. du Rocher, 2013) ; Poutine, l’itinéraire secret (éd. du Rocher, 2014) et Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg (éd. Plon, 2016).

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Vincent-Baptiste Closon_nb

Closon Vincent-Baptiste

Thématique : la relation client à l’heure du digital

 fr - copie

Diplômé de l’EDHEC BUSINESS SCHOOL où il a choisi de se spécialiser en Management, Business et Stratégie, Vincent-Baptiste Closon n’a de cesse de livrer sa vision de la« Relation Client à l’heure du digitale » lors d’interviews ou de débats.

 

 

 

En 2011, Vincent-Baptiste Closon, a été Directeur marketing de l’Olympique Lyonnais. Il avait pour mission de relever le défi de satisfaire le désir d’instantanéité et d’accessibilité dans un stade de 58000 personnes par des Investissements en infrastructures hightech, en télécommunications afin de fidéliser les spectateurs et de créer de nouvelles perspectives en terme de business pour révolutionner le parcours client comme la géolocalisation de sa place de match, de sa place de parking, … Un ensemble de services sur vidéos, réseaux sociaux, jeux concours et sondages afin que l’’expérience multi-devices et multi-canal soit aussi possible dans un stade à l’instar des Etats-Unis.

Puis en 2015, il est employé comme Global Marketing Director et Business Leader chez Babolat, une entreprise française basée à Lyon, spécialisée dans la fabrication d’articles de sport de raquette. La marque s’est fait connaître grâce à son savoir-faire en matière de cordage en boyau naturel pour raquette de tennis. Très présente à l’international, où elle réalise 80 % de ses ventes, elle est le numéro un mondial des cordages de raquette.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
philippe_chalmin_nb

Chalmin Philippe

Thématique : Economie

 fr - copie

Philippe Chalmin est un professeur d’économie français, spécialiste du marché des matières premières. Économiste néoclassique, il est le fondateur du Cercle Cyclope, qui publie chaque année depuis 1986 un rapport complet sur l’état et les perspectives des marchés mondiaux de matières premières.

Philippe Chalmin est diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales, docteur d’Etat ès lettres et sciences humaines («L’Emergence d’une firme multinationale au sein de l’économie sucrière mondiale : Tate and Lyle, 1860-1980 », 1981).

Il a également été assistant au groupe de recherches et d’études sur les stratégies agro- alimentaires d’HEC de 1974-1976, puis professeur agrégé d’histoire, successivement assistant, maître-assistant et sous-directeur de laboratoire au Conservatoire national des arts et métiers de 1976 à 1991, conseiller économique de la Société française d’assurance-crédit, professeur des universités associé à mi-temps en sciences économiques à l’Université Paris-Dauphine de 1994 à 2006, puis professeur des universités titulaire en histoire contemporaine depuis 2006 et directeur du DESS puis master en affaires internationales depuis 1999.

Conseiller économique du groupe Euler jusqu’en 2002, il intervient dans l’émission « Y’a pas que le CAC » sur I-Télé et signe de nombreuses chroniques dans la presse.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone