http://senseagency-philosophie.fr/
2018-12-1-prospective
 

 

Emmanuel Pierrat

Pierrat, Emmanuel

Thématiques : droit de l’édition; liberté d’expression; le droit à l’image; droit de la propriété intellectuelle.

fr - copie

Emmanuel Pierrat est avocat au Barreau de Paris, Membre du Conseil National des Barreaux et Ancien Membre du Conseil de l’Ordre. Il a fondé le Cabinet d’avocats portant son nom, composé d’une dizaine d’avocats.

 

Après des études à l’Université Paris-II (DEA de droit de la propriété industrielle, littéraire et artistique, licence de communication de l’Institut Français de Presse) et à Louvain-La-Neuve (Belgique), il a prêté serment auprès du Barreau de Paris en février 1993. Il est titulaire depuis 1997 du certificat de spécialisation en droit de la propriété intellectuelle. Emmanuel Pierrat est Conservateur du Musée du Barreau de Paris. Il co-préside les Jurys du Conseil National des Barreaux délivrant les mentions de spécialisation «  Droit de la propriété intellectuelle  » et «  Droit des nouvelles technologies de l’informatique et de la communication  ».

 

Il tient la chronique juridique dans plusieurs périodiques professionnels liés aux métiers du livre et de l’imprimerie, dont Livres hebdo  et intervient régulièrement en tant que coach  sur RMC dans l’émission de Brigitte de Lahaie Lahaie l’Amour et Vous.
Il est également membre du comité directeur de l’Union Internationale des Avocats (UIA), administrateur de l’AFPIDA, section française de l’Association Littéraire et Artistique Internationale (ALAI), et membre du comité directeur du Pen Club de France. Emmanuel Pierrat est directeur de la Grande Bibliothèque du Droit (lagbd.org).

 

Il est également l’auteur de plus d’une dizaine de romans et récits, dont, notamment, Troublé de l’éveil (Fayard, 2008) ou encore Maître de soi (Fayard, 2010). Plusieurs de ses ouvrages ou contributions ont été traduits.

 

Langues d’intervention : français

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Rabinovitch, Gérard

Thématiques : éthique, philosophie politique, psychanalyse, sociologie

fr - copie

Gérard Rabinovitch est un philosophe et sociologue, chercheur au CNRS, Directeur de l’Institut européen Emmanuel Levinas de l’Alliance Israelite Universelle.

 

Fils et neveu de résistants déportés, il pose le concept de « destructivité » (pulsion de destruction, faisant écho au concept kantien de mal radical) pour interpréter le nazisme.

 

Il poursuit ses recherches sur ce concept par l’étude du nazisme et de ses effets dans les manifestations de délitement contemporain du lien social, mais également par l’étude du génocide des Tutsis et hutus modérés au Rwanda, de la pègre, de la mafia et des terrorismes contemporains.

 

Il suggère, en philosophe clinicien de fonder une « éthique de la désillusion », qui permette à la personne de construire des barrages contre la destructivité qui habite l’espèce humaine.

 

Cette réflexion s’illustre en contrepoint par une analyse de l’humour (joyau déposé dans l’élévation de l’Esprit humain) et de sa vocation éthique. Il « pose les fondements épistémologiques et éthiques d’une nouvelle manière d’assumer notre condition humaine dans notre monde contemporain ».

 

Derniers ouvrages parus : Terrorisme/Résistance, d’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse Editions Le bord de l’eau , 2014; Et vous trouvez ça drôle ?!… variations sur le propre de l’homme, édition Bréal, 2011.

 

Langues d’intervention: français

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Pierre Henri Tavoillot

Tavoillot, Pierre-Henri

Thèmatiques : Philosophie

fr - copie

Pierre-Henri Tavoillot (né en 1965) est philosophe, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et Président du Collège de Philosophie. Il intervient régulièrement comme conférencier au sein des entreprises et des collectivités locales.

 

 

Parmi ses ouvrages :

Le Crépuscule des Lumières (Cerf, 1996)

Philosophie des âges de la vie (en collab. avec Eric Deschavanne, Grasset, 2007 ; rééd. Hachette Pluriel, 2008)

Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l’autorité (Grasset, 2011)

Tous paranos ? (en collab. avec Laurent Bazin, Ed. de l’Aube, 2010)

Petit almanach du sens de la vie (Livre de Poche, 2013)

Faire ou ne pas faire son âge (Ed. de L’Aube, 2015)

L’abeille (et le) philosophe, (en collab. avec F. Tavoillot, Odile Jacob, 2015)

Il a été conseiller auprès du Ministre de l’Education Nationale (2000-2002), membre du Conseil National des Programmes (1993-2004) ainsi que du Conseil d’Analyse de la Société (près le Premier Ministre, 2004-2013).

 

THEMES D’INTERVENTION

 

Brouillage dans les âges de la vie

 

Une sortie de l’enfance de plus en plus en précoce, mais une entrée dans l’âge adulte de plus en plus tardive. Une jeunesse adorée, mais qui peine à s’intégrer dans la vie active ; une vieillesse ennemie, mais plus durable et confortable que jamais. Comment penser le brouillage des âges aujourd’hui dans le contexte d’une vie plus longue ? Jadis les étapes étaient claires et les âges des statuts, presque des « uniformes » ; aujourd’hui tout devient mouvant et « négociable », à tel point que plus personne ne semble vouloir « faire son âge ». Quels sont les enjeux des métamorphoses contemporaines des âges dans la vie familiale, professionnelle et civique ? Que signifie être adulte dans ce contexte d’incertitude et de changement permanent ?

 

La nouvelle montée des peurs

 

Comment expliquer la montée des peurs dans nos sociétés pourtant hypersécurisées ? Notre époque a vu l’augmentation de l’espérance de vie, la fin des grandes épidémies, la disparition des guerres de notre horizon immédiat, le recul spectaculaire de l’homicide … autant d’éléments qui devraient nous réjouir et réconforter ! Mais au lieu de cela, notre temps est taraudé par les peurs de toutes sortes, des phobies alimentaires aux angoisses à l’égard des catastrophes climatiques ou financières. Et nous n’en avons même plus honte ; la peur est presque devenue un devoir, une vertu, … une sagesse. Qui ne tremble point commet aujourd’hui le triple péché d’ignorance, d’insouciance et d’impuissance. Sommes-nous entrés à l’âge paradoxal du « trouillocène » avancé ? Faut-il avoir peur de cette montée des peurs ?

 

 

Les métamorphoses de l’autorité

 

On n’a jamais autant parlé de l’autorité depuis qu’elle est en crise. Dans la famille, qui a vu l’avènement triomphal de l’enfant-roi ; à l’école, où l’admiration muette pour le maître ne sont plus que de pâles souvenirs ; dans la Cité même, qui a vu la capacité à gouverner, à ordonner et à punir, se réduire comme une peau de chagrin. Le père de famille, le maître d’école, le chef politique, le juge : aucune des figures traditionnelles de l’autorité ne paraît plus être à même de résister aux coups de boutoir d’une époque – la nôtre –, dont l’anti-autoritarisme fut, est et sera le cheval de bataille. Vivons-nous la fin ou la métamorphose de l’autorité à l’âge hypermoderne ? Comment l’autorité se reconfigure-t-elle à l’âge démocratique ?

 

 

La fin du travail ?

 

Moins le travail occupe notre temps, plus il nous prend la tête. Tel est le paradoxe du travail aujourd’hui. D’un côté, en effet, le labeur ne représente plus désormais qu’une part infime de nos existences : il commence plus tard (vers 23 ans en moyenne pour les jeunes Français) ; il finit plus tôt (la retraite arrive vers 65 ans), avec une durée hebdomadaire moindre (35 heures), alors même que nous vivons plus longtemps que jadis (environ 80 ans). Le calcul est simple : cela fait environ 10 % de notre temps de vie, autrement dit : pas grand chose. Mais, d’un autre côté, jamais ce travail n’a été autant l’objet de nos soucis et de nos préoccupations : c’est la grande angoisse de ceux qui n’en ont pas encore (les jeunes) ou qui n’en ont plus (les chômeurs) ; et c’est la grande souffrance de ceux qui en ont mais trouvent toujours qu’ils en ont trop. Comment penser ce paradoxe d’un travail qui oscille entre rêve et cauchemar ?

 

Hommes/Femmes : les nouvelles règles du jeu

 

Si le terme de révolution n’était pas aussi galvaudé ni malaisé d’usage, il aurait toute sa place pour désigner ce qui s’est passé depuis une centaine d’années, voire une cinquantaine d’années. Durant cette période la condition de la femme a davantage changé en Occident que pendant tous les millénaires antérieurs : affranchies des servitudes immémoriales liées à la procréation, exerçant toutes les activités professionnelles, les femmes battent en brèche les citadelles masculines. Mais précisément, après cette révolution : comment penser les nouvelles relations hommes/femmes ? Sont-elles vouées à la conflictualité ou, au contraire, à l’indifférenciation ? Ou assiste-t-on, après le féminisme, à une reconfiguration des relations entre les sexes ?

 

La crise des valeurs ou les valeurs de la crise

 

Y a-t-il une crise des valeurs ? Sommes-nous voués à cette « perte des repères », que l’on entend affirmer de toute part ? Tout le laisse à penser, puisque notre univers hypercapitaliste semble nous condamner à une société d’hyperconsommation. Celle-ci emporte tout, contamine tout, même ce qu’il y avait jadis de plus sacré ou de plus gratuit. Et pourtant, si l’on examine sans parti pris les « valeurs » dans le monde, c’est-à-dire ce qui, pour un individu, fait qu’une vie vaut la peine d’être vécue, on perçoit une remarquable stabilité : famille, travail, spiritualité, … ces notions, en dépit de tous les bouleversements de notre époque, demeurent celles qui recueillent un assentiment général. Comment expliquer ce décalage entre, d’un côté, la persistance des valeurs ; et de l’autre, le sentiment de leur disparition ?

 

Les dilemmes de la justice

 

Le philosophe et prix Nobel d’économie, Amartya Sen, a inventé une jolie fable pour évoquer les dilemmes de la justice à l’âge contemporain. Il nous met dans la position d’une espèce de juge Salomon ayant pour mission d’attribuer une flûte à trois enfants (Anne, Carla et Bob) qui se la disputent. Chaque enfant vient plaider sa cause à tour de rôle. Anne la revendique parce qu’elle est la seule à savoir jouer de cet instrument (et, qui plus est, fort bien). Carla vient ensuite et la réclame, pour sa part, en indiquant qu’elle a passé un temps considérable à la fabriquer. Quant à Bob, il défend sa cause en arguant qu’à la différence des deux autres il ne possède aucun jouet. Cette petite histoire résume très bien les trois grandes options modernes de la justice. On peut en effet attribuer à chacun en fonction de ses talents (Anne), en fonction de ses mérites (Carla) ou en fonction de ses besoins (Bob). Comment trancher ? En quel sens, cette fable nous révèle-t-elle la place (démesurée ?) de la justice dans notre vision du monde ?

 

 

Authenticité ou performance ?

 

Notre époque réputée laxiste et évanescente en matière éthique pourrait bien, à y regarder de près, se révéler être la plus contraignante. Qu’on juge : nous devons aller bien du matin au soir, être heureux tout au long de notre vie, avoir toujours de nouveaux projets plein la tête et être en pleine forme physique, morale et spirituelle à longueur de temps. Mais, plus grave encore, ces normes contemporaines nous placent dans une redoutable double contrainte ; car ce que l’on nous demande, c’est finalement à la fois et en même temps : d’être nous-même et d’être plus que nous-même ; de nous accomplir et de nous dépasser ; d’être authentique et d’être performant. Comment penser cette contradiction qui concerne tous les domaines de la vie d’aujourd’hui : l’affectif et le professionnel, le privé et le public, l’intime, le familial, le social, l’économique et le politique ?

 

 

 

Autres thématiques :

 

Qu’est-ce que la culture générale ?

La santé : un droit, un devoir, le salut ?

Vices et vertu du virtuel

La guerre des générations n’aura pas lieu

Espace public et médiatisation : la tyrannie de la transparence ?

Vieillir : pour ou contre ?

Les idéologies après la fin des idéologies

L’éternel problème de la « jeunesse d’aujourd’hui »

L’art de gouverner à l’âge démocratique

Qu’est-ce que la solidarité ?

Comment faire (la) confiance ?

… 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Pierre Sabatier

Sabatier, Pierre

Thématiques: Guerre des monnaies, un monde de bulles, pragmatisme américain, ubérisation des entreprises, la fin des cycles émergents,horizon 2020 : quels bouleversements ?

fr - copie flag_uk - copie

Pierre Sabatier est un économiste et entrepreneur français né en 1981. Prix Turgot 2013 du Jeune talent en économie financière, il est le président fondateur du cabinet indépendant de prospective économique et financière PrimeView. Il est également président d’AgroParisTech Alumni dont il est diplômé et chargé d’enseignement à l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à AgroParisTech.

 

 

Membre du Cercle Turgot et des Econoclastes, il échange avec les plus éminents représentants de l’Etat (ministres, députés), les hautes instances européennes (BCE) et les dirigeants les plus influents des grands groupes et est régulièrement sollicité par les médias (BFM Business, Les Echos, Le Monde, Le Figaro, Europe 1, France Culture…).

Producteur de prospective et agitateur d’idées, il apporte une prise de hauteur et un regard décalé sur l’environnement économique lors de ses conférences et participations aux comités de direction de diverses entreprises. Il est tout particulièrement reconnu pour ses analyses sur l’impact des bouleversements démographiques en cours sur nos modèles de développement (en particulier sur le business model des entreprises) et pour sa capacité à tenir un discours pragmatique et opérationnel aux dirigeants d’entreprise en tant qu’entrepreneur.

Il a écrit plusieurs ouvrages parmi lesquels « La Chine, une bombe à retardement » (Eyrolles, 2012), mention d’honneur du Prix Turgot 2013, et a dirigé l’ouvrage collectif du Cercle Turgot « Après la récession…inflation ou déflation ? » (Editions Eyrolles, 2014).

Langues d’intervention:
français, anglais

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Jacques Sapir

Sapir, Jacques

Thématiques: Economie de la Russie, Echange avec la Russie, Géopolitique de la Russie, Zone Euro, Economie européenne.

fr - copie flag_uk - copie

Jacques Sapir est un économiste français. Il a enseigné à l’université de Paris-X Nanterre, puis il est devenu directeur d’études à l’EHESS en 1996, après y être entré comme maître de conférences en 1990. Il dirige depuis 1996 le Centre d’études des modes d’industrialisation (CEMI-EHESS) ; il a été le responsable de la formation doctorale « Recherches comparatives sur le développement » de 1996 à 2006.

 

 

C’est un expert des problèmes de l’économie russe et des questions stratégiques, mais aussi un théoricien de l’économie qui s’est fait un nom sur des positions hétérodoxes très marquées sur plusieurs sujets et un engagement politique à la gauche de la gauche. Ses thèses sont également étudiées par la mouvance souverainiste, famille politique dont il s’est, avec le temps, rapproché.

 

Jacques Sapir est un contributeur régulier de la presse française, mais aussi russe (en particulier du magazine Expert et des quotidiens Nezavissimaïa Gazeta et Rossiysskaya Gazeta). Il intervient régulièrement sur la politique économique de ce dernier pays et ses dernières interventions ont porté sur la question de la crise et du taux de change du rouble. Il contribue aussi à la revue électronique de référence des économistes hétérodoxes, la Real-World Economics Review (ex Post-Autistic Economics Review). Ses chroniques sont publiées sur le site de Ria Novosti. Il publie depuis septembre 2012 ses notes et ses réactions sur son carnet Russeurope sur la plateforme de blogs académiques Hypotheses.org, et qu’il alimente très régulièrement.

 

Langues d’intervention: français, anglais

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Jacques Semelin

Semelin, Jacques

Thématiques : La violence, la guerre, le génocide, la barbarie, la résistance, l’entraide, la non-violence, le handicap

fr - copie flag_uk - copie

Historien et politologue français, Jacques Semelin est professeur à Sciences Po et Directeur de Recherche au CNRS (Centre de Recherches internationales). Il est titulaire d’un Doctorat d’histoire Contemporaine (la Sorbonne) et a été Postdoctoral Fellow à Harvard (Center For International Affairs).

 

Ses travaux portent principalement sur la question du passage à l’acte:

 

Comment des individus ordinaires peuvent-ils basculer dans la perpétration de crimes de masse? (cf. son livre Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Seuil, 2012, disponible en 8 langues);

 

Comment des individus ordinaires peuvent-ils résister aux violences extrêmes (cf. Sans armes face à Hitler. La résistance civile dans l’Europe nazie (1939-1945, disponible en 5 langues).

 

Il a plus récemment étudié les conduites d’entraide et de sauvetage en situations génocidaires (cf. Persécutions et entraides dans la France occupée. Comment 75 % des juifs ont échappé à la mort Seuil-Les Arènes, 2013.

 

Jacques Semelin a par ailleurs écrit une autobiographie dans laquelle il raconte sa progressive perte de vue. Il y explique comment le fait de devenir universitaire lui a paradoxalement permis de faire face à cet effondrement cf. J’arrive où je suis étranger, seuil, 2007). Son nouveau livre Je veux croire au soleil (Les Arènes, 2016), tente de décrire le monde du point de vue de la non-vue: à travers les sons, les odeurs, etc.

 

Langues d’intervention: français, anglais.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Daniel Souffir

Souffir, Daniel

Thématiques : religion, science spirituelle, Kabbale

fr - copie

Énergéticien Kabbaliste, auteur-conférencier et coach, il anime des groupes d’études à travers la France. Il travaille depuis plus de quinze ans à rendre la Kabbale accessible et immédiatement utilisable dans la vie de tous les jours.

 

 

La Kabbale, cette science spirituelle, lui a fait revisiter sa propre tradition. Il la redécouvre étroitement liée à toutes les religions et tous les aspects du quotidien, de la moindre cellule de notre corps jusqu’aux étoiles éclairant les confins de l’univers.

 

Il réalise que cette Science Sacrée fournit les clés pour déchiffrer tous les mystères de la création, expliquer l’univers tout en agissant sur lui.

 

Il est l’auteur de L’ABC de la Kabbale, Éd. Grancher, 2008.

 

Langues d’intervention: français

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Trinh Xuan Thuan

Xuan Thuan, Trinh

Thématiques : la place de l’homme dans l’univers; science et bouddhisme

fr - copie flag_uk - copie

Astrophysicien et écrivain vietnamo-américain, professeur à l’université de Virginie et chercheur à l’institut d’astrophysique de Paris. A poursuivi ses études au California Institute of Technology puis à l’université de Princeton aux Etats-Unis, où il a obtenu son doctorat. Spécialisé dans l’astronomie extragalactique.

 

 

Il explique dans ses livres comment les revolutions scientifiques changent notre vision du monde et y développe ses positions en faveur du principe anthropique (puisque des êtes sapiens tels que l’humain existent, l’univers est nécessairement compatible avec leur existence). En 2004 il a découvert la plus jeune galaxie connue à ce jour, I Zwicky 18.

 

Il a publié plus d’une dizaine de livres, parmi lesquels L’infini dans la paume de la main, avec Mathieu Ricard, en 2000 et Le Cosmos et le Lotus, en 2011, pour lequel il a reçu le prix Louis Pauwels. Il a reçu à plusieurs reprises des récompenses internationales pour son travail. Son dernier ouvrage paru : Face à l ’univers, Ed. Autrement, 2015

 

Langues d’intervention: français; anglais

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Rama Yade

Yade, Rama

Thématiques : Génération Y, leadership au féminin, mutations environnementales de l’entreprise, comment gérer la réforme, l’art de la transformation.

fr - copie

Diplômée de l’IEP de Paris en 2000, elle a obtenu le concours d’administratrice du Sénat – et l’a administré entre 2002 et 2007 au sein de la Commission des Affaires sociales. Entre 2005 et 2007, elle est directrice adjointe des programmes, puis directrice de la communication de la chaîne Public Sénat. Elle a été Ministre du gouvernement Fillon (2007-2010), elle est élue en 2008 conseillère municipale d’opposition à Colombes.

Elle a été Ministre du gouvernement Fillon (2007-2010), elle est élue en 2008 conseillère municipale d’opposition à Colombes. Elle figure au palmarès des personnalités politiques préférées des Français en 2009, année où elle est nommée secrétaire d’État chargée des sports. En 2010, elle est nommée ambassadrice de France auprès de l’Unesco. Conseillère régionale d’Ile-de-France depuis 2010, elle est co-fondatrice de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) en octobre 2012 avec Jean-Louis Borloo.

Au Gouvernement, elle s’investit pour les droits des femmes, la liberté d’expression, la protection de l’enfance, la lutte contre les discriminations. Elle est spécialiste des questions d’éducation et de jeunesse. Ancienne vice-présidente du conseil d’administration du « Club XXIe siècle », qui milite en faveur de la diversité, elle a été aussi membre du club Averroès qui regroupe des professionnels pour promouvoir les « minorités actives » dans les médias français.
Elle est l’auteure de 6 ouvrages, parmi lesquels : Lettre à la jeunesse, Ed. Grasset 2010, Plaidoyer pour une instruction publique, Éd. Grasset, 2011 et Carnets du pouvoir 2006-2013, Éd. du Moment, 2013, Anthologie regrettable du machisme en politique, Ed. du Moment, 2015

 

Langues d’intervention : français

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone