http://senseagency-philosophie.fr/
2018-12-1-prospective
 

 

François Bœspflug

Bœspflug, François

Thématiques : histoire des religions; histoire de l’art religieux; christianisme; judaïsme; l’islam

fr - copie

François Bœspflug, a été successivement chargé de cours à l’Institut Catholique de Paris (1984-1987), Chargé de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) (1987-1990), membre de la direction littéraire des Éditions du Cerf (Paris) (1982-1999), professeur d’histoire des religions à la Faculté de théologique catholique de l’Université de Strasbourg (1990-2013) et professeur invité ou chargé de cours à Bruxelles, Genève et Paris (Centre Sèvres). Il est professeur émérite de l’université de Strasbourg depuis septembre 2013.

Spécialiste d’iconographie chrétienne depuis sa thèse sur Dieu dans l’art (1984), il a été le titulaire de «La Chaire du Louvre » en 2010 et de la «Chaire Benoît XVI » à Regensburg (Ratisbonne) en 2013. Il poursuit ses enseignements, recherches et publications dans ses deux domaines de prédilection, l’histoire comparée des religions et l’histoire de l’art religieux, non sans intervenir dans les médias au sujet des sujets de société impliquant le christianisme, mais aussi le judaïsme et l’islam dans leurs rapports respectifs aux affaires d’images, de caricatures et de blasphèmes. Dernier ouvrage paru: Religions et blasphèmes. Le défi de la représentation (Bayard, 2016).

 

Langues d’intervention: français

Photo:  Claude TRUONG-NGOC

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Gérald Bronner

Bronner, Gérald

Thématiques : intelligence collective, erreur de raisonnements, croyances, idéologie, marché de l’information, cognition humaine et sociale en général.

fr - copie

Gérald Bronner est professeur de sociologie à l’université de Paris-Diderot et membre de l’Académie des technologies. Il travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales.

 

 

Il a publié plusieurs ouvrages sur ces questions dont L’empire des croyances (Puf, Paris, 2003) couronné d’un prix par l’Académie des Sciences Morales et Politiques, La pensée extrême (Denoël, Paris, 2009) pour lequel il a reçu le prestigieux prix européen des sciences sociales d’Amalfi et, plus récemment, L’inquiétant principe de précaution (avec E. Géhin, Puf, Paris, 2010) et La démocratie des crédules pour lequel il a reçu de nombreux prix (Prix de la revue des deux Mondes, Prix Sophie Barluet CNL, Prix de l’Union rationaliste, Prix des Lumières).

 

Son dernier livre publié est La planète des hommes – Réenchanter le risque (accessit au Prix de la revue Risques 2015) Il a publié plus de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales et est chroniqueurs pour Le Point, Pour la science et l’émission 28 minutes sur Arte.

 

Langues d’intervention:  français

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Philippe Dessertine

Dessertine, Philippe

Thématiques : nouveaux modèles économiques, finance internationale, nouvelles technologies, Chine, USA.

fr - copie es - copie flag_uk - copie

Philippe Dessertine est un professeur en sciences de gestion français, spécialiste de la finance, professeur à l’Institut d’administration des entreprises de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, directeur de l’Institut de Haute Finance et membre du Haut Conseil des finances publiques.

 

Pendant l’année 1992, il enseigne à l’ESC Bordeaux et est nommé maître de conférences à l’IAE de Bordeaux en septembre 1992. Il entame ensuite une recherche post doctorale, aux États-Unis notamment, financée par une bourse de l’Association française de comptabilité, où il y étudie la place d’un organisme de régulation des marchés comme la Securities and Exchange Commission (SEC) dans la normalisation comptable et financière américaine.

En 2001, il passe l’agrégation des universités en sciences de gestion (2nd). Il est nommé à l’Université de Paris 10 Nanterre en tant que Professeur des Universités. Il y prend la direction du Laboratoire Céros (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Organisations et la Stratégie), fonction qu’il occupe jusqu’en 2009.

En mars 2013, sur proposition de Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil Economique Social et Environnemental, il est nommé au nouveau Haut Conseil des Finances Publiques, présidé par Didier Migaud. En décembre 2013, il rejoint l’IAE (Institut d’Administration des Entreprises) de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne. Il aborde également la question du financement de l’agriculture européenne ; il lance en 2014 un vaste programme de recherche européen sur cette question.

C’est à partir de 2007 que Philippe Dessertine intervient dans les medias, faisant appel à ses compétences : à la television, en particulier dans l’émission C dans l’air sur France 5, mais également dans Le club de l’économie sur TF1, Ce soir (ou jamais !), Mots croisés, ainsi qu’au journal de 20 heures de TF1 et au journal de 20 heures de France 2, mais également dans des télévisions étrangères.

Philippe Dessertine intervient également dans des émissions de radio : il est un invité récurrent de Nicolas Doze dans l’émission Les Experts sur BFM Business ; pendant l’été 2012, il anime une chronique quotidienne sur Europe 1 et en 2013, il devient un invité récurrent de l’émission de Patrick Poivre d’Arvor à 19h sur Radio Classique.

Langues d’intervention : français, anglais et espagnol.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Doux, François

Thématiques : Transformation digitale, Innovation et prospective digitale – comment penser le futur, Startups, grands groupes et labs – comment mettre en oeuvre l’innovation, Growth hacking et agilité, Brand content et newsroom, Communication corporate, L’avenir des médias et des agences de communication, Personal branding, digital footprint

fr - copie flag_uk - copie

François Doux est un expert stratégique et opérationnel du Brand Content et des médias. Il figure au premier rang du Top 10 des influenceurs Marketing établi par LinkedIn France (janvier 2014).

Il explore les innovations et les tendances digitales qui transforment le monde d’aujourd’hui et de demain. De la réalité virtuelle à l’Internet des objets en passant par l’intelligence artificielle, il aborde ces questions sous le prisme des usages et de la technologie. Ses voyages (SXSW d’Austin, MWC Barcelone, C2 Montréal…) et ses recherches nourissent des présentations spécifiques pour des entreprises, son cours “Leveraging your comunication” et son séminaire de “Personal Branding” à HEC Paris ou encore les conférences sur la transformation digitale de l’Institut G9+.

 

 

Titulaire d’un MBA d’HEC Paris avec une spécialisation en Management de l’innovation en 2000, il participe au déploiement de l’agence Relaxnews et devient consultant pour BNP Paribas.

Côté brand content, il a été directeur des contenus du Groupe Ogilvy en France entre 2014 et 2016. Il a supervisé une newsroom internationale au service de marques B2B et B2C comme Nestlé, IBM, Philips, Caisse d’Épargne ou encore les Fonds Européens. Il a développé une offre de rebond sur l’actualité en temps réel pour les réseaux sociaux et autres canaux de distribution, basé sur la data. Il a également été business developer pour l’agence B2B Relaxnews.

Côté médias, François Doux dispose d’une solide expérience de journaliste à l’international. Après trois ans au Figaro économie (2002-2005) et une saison de chroniqueur boursier sur RTL, il a passé cinq ans à Londres dans les bureaux européens de Bloomberg TV où il exerce les fonctions de Présentateur, Rédacteur en Chef puis Manager de la chaîne française.

François Doux a publié en 2012 : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la dette, Ed. Hatier

 

Langues d’intervention: français, anglais

 

Thématiques d’intervention: Transformation digitale, Innovation et prospective digitale – comment penser le futur, Startups, grands groupes et labs – comment mettre en oeuvre l’innovation, Growth hacking et agilité, Brand content et newsroom, Communication corporate, L’avenir des médias et des agences de communication, Personal branding, digital footprint

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Dupuy, Jean-Pierre

Thématiques : Philosophie sociale et politique, Ethique des sciences et techniques

fr - copie flag_uk - copie

 

Jean-Pierre Dupuy est un ingénieur, épistémologue et philosophe français.

Polytechnicien et ingénieur des mines, il est professeur et chercheur au Centre d’Étude du Langage et de l’Information (CSLI) de l’université Stanford, en Californie. Il a aussi enseigné la philosophie sociale et politique et l’éthique des sciences et techniques jusqu’en 2006 à l’École polytechnique.

 

 

Biographie :

 

Ancien élève de l’École polytechnique, Jean-Pierre Dupuy a fondé le centre de sciences cognitives et d’épistémologie de l’École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach. Ce centre est devenu une unité mixte de recherche (UMR) en 1987. Dès l’origine, sa vocation a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d’auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu’économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l’épistémologie des sciences cognitives. En 2001, l’UMR s’est réorganisée et a décidé de se constituer en un laboratoire polyscientifique de sciences cognitives théoriques.

 

Jean-Pierre Dupuy a contribué à introduire et diffuser en France la pensée d’Ivan Illich, qu’il a rencontré chaque année de 1974 à 1979 au Mexique au CIDOC de Cuernavaca, mais aussi celles de René Girard, de John Rawls et de Günther Anders. Une partie de son travail porte sur les nanotechnologies, un possible « tsunami » technologique à venir, dont il étudie tant les effets pervers possibles que la teneur du débat autour de ce risque. Il s’intéresse plus généralement aux appréhensions et réflexions autour des catastrophes, passées comme prévisibles. Jean-Pierre Dupuy compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique, association qui souhaite « apporter des réponses intelligentes et appropriées qu’attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps. »

Il reçoit le prix Roger-Caillois de l’essai 2011.

 

 

Sa pensée :

 

Le Sacrifice et l’envie (1992) fait référence aux deux obsessions de toute théorie moderne de la justice. Dans une société libérale, c’est-à-dire sans transcendance, l’homme doit être préservé du nombre : la perspective d’un sacrifice de l’individu à la collectivité, qui assurait autrefois la pérennité de l’ordre social, est désormais rejetée. Mais cette absence de transcendance, et l’individualisme qui en découle, libèrent l’envie, qui menace l’ordre social en permanence. Les grands théoriciens du libéralisme – au premier chef Adam Smith, John Rawls et Friedrich Hayek – ont parfaitement conscience de ce risque et chacun tente de le minimiser dans ses travaux. Rejet du sacrifice, et rejet de l’envie que ce premier rejet engendre : voilà ce qui constitue selon Dupuy la trame avec laquelle il faut lire toute théorie moderne de la justice.

Dans Pour un catastrophisme éclairé (2002) puis dans Petite métaphysique des tsunamis (2005), Jean-Pierre Dupuy part d’un constat : le seuil a été franchi. L’humanité est désormais capable de s’anéantir elle-même, par les armes de destruction massive ou simplement en continuant d’altérer ses conditions de survie. Nous savons cela, mais au fond de nous, nous ne le croyons pas. Quelle est la raison de cet aveuglement ? Le livre mène, à la suite de Bergson et de Hans Jonas, une réflexion sur le temps. Dupuy distingue le “temps de l’histoire”, auquel nous sommes habitués, et le “temps du projet”, qu’il propose comme paradigme pour penser la catastrophe et agir face à elle. Dans le “temps de l’histoire”, le temps est envisagé rétrospectivement et les possibles jamais actualisés n’ont non seulement aucun intérêt, mais ne sont pas considérés comme des possibles auxquels on peut croire. C’est parce que nous concevons uniquement le temps de cette façon que nous n’agissons contre les catastrophes qu’une fois celles-ci réalisées, « c’est l’actualisation de l’événement qui […] qui crée rétrospectivement de la nécessité »3. Le « temps du projet », lui, unit passé et futur : la catastrophe est déjà présente aujourd’hui, ce qui peut nous faire agir pour que, paradoxalement, elle ne se soit jamais produite.

Dans La Marque du sacré (2009), sur une suggestion de son éditeur Benoît Chantre, Jean-Pierre Dupuy synthétise ses ouvrages antérieurs, qui « ont pu donner l’impression […] d’une certaine dispersion »2, en mettant en exergue le fil conducteur qui les unit : la question du sacré.

 

Références :

 

  1. http://www.stanford.edu/dept/MTL/cgi-bin/modthought/mtl-people/faculty/
  2. a et b J.P. Dupuy, La marque du sacré, Ed. Flammarion, Coll. “Champs essais”, 2010
  3. Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Seuil, 2005

 

Ouvrages publiés :

 

  • Avec Michel Deguy (dir.), René Girard et le Problème du mal, Grasset, 1982.
  • La Panique, Les Empêcheurs de Penser en Rond, 1991 – Réédition 2003.
  • Le Sacrifice et l’Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992

– Réédition sous le titre Libéralisme et justice sociale, Hachette Pluriel.

  • • Aux origines des sciences cognitives, La Découverte, 1994 – à propos des Conférences Macy.
  • Éthique et philosophie de l’action, Ellipses, 1999.
  • Les savants croient-ils en leurs théories ? Une lecture philosophique de l’histoire des sciences cognitives, INRA Éditions, 2000.
  • Avions-nous oublié le mal ? Penser la politique après le 11 septembre, Bayard, 2002.
  • Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Seuil, 2004.
  • Petite métaphysique des tsunamis, Seuil, 2005.
  • Retour de Tchernobyl. Journal d’un homme en colère, Seuil, 2006.
  • La Marque du sacré : essai sur une dénégation, Carnets nord, 2009.
  • L’Avenir de l’économie : sortir de l’écomystification, Flammarion, 2012.
  • La jalousie : Une géometrie du désir, Seuil, 2016.

Articles :

  • « L’individu libéral, cet inconnu : d’Adam Smith à Friedrich Hayek », dans Catherine Audard, Jean-Pierre Dupuy et René Sève (éd.), Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Seuil, 1988, p. 73-125.

« Friedrich Hayek ou la justice noyée dans la complexité sociale », dans Le Sacrifice et l’Envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992, chap. VIII (p. 241-292).

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Cissé, Sylvère-Henry

Thématiques : Médias radio, Tv et Internet ; Pratiques et politiques sportives ; Marketing et business du sport ; Grands événements sportifs ; Politiques en matière de diversité.

fr - copie

Sylvère-Henry Cissé est journaliste sportif pour le groupe Canal+. À ce jour, il présente « Chercheurs d’or », un programme dédié aux équipes olympiques en route pour les J.O de Rio 2016. Il collabore à « Talents d’Afrique », une émission de sport diffusée sur l’ensemble de l’Afrique Francophone.

 

 

Sur Canal+, il a présenté les sports dans l’émission “La Matinale” et collaboré aux programmes “En Aparté” et “Jours de sports”.

Auteur de documentaires, il a dirigé et présenté «  Politiques et sports  » sur LCP, «  La Matinale  » de France Télévisions-France Ô. Il a créé et coordonné «Ôtrement dit  » l’émission politique de France Ô et il est associé à la création de Disney Channel France aux cotés de Patrice Blanc-Francard.

En radio, Sylvère-Henry a présenté les tranches matinales de France Inter, Radio France Internationale et Europe 1. Il a produit pour Radio France «  Cissé Sport  »

Par ailleurs, Sylvère-Henry Cissé a fondé et préside le club « Sport et Démocratie ». Un club citoyen de réflexions réunissant des personnalités de la société civile venues d’horizons différents, pour réfléchir en toute indépendance, autour des problématiques liées au sport.

Il est membre du conseil d’administration du Fondaction du Football et membre du comité de parrainage de l’institut Jean Lecanuet.

Sylvère-Henry Cissé est l’auteur de «  Rap en Nord  » Miroirs Editions.

Langues d’intervention : français

 

PHOTO :

© Eugénie Martinez libre d’usage

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Cynthia Fleury

Fleury, Cynthia

Thématiques : politique, religion, imagination, philosophie

fr - copie

Elle enseigne la philosophie politique à l’American University of Paris, est chercheur au Museum national d’Histoire naturelle, maître de conférences à l’IEP de Paris, chargée d’enseignement à l’Ecole Polytechnique et psychanalyste. Entre 2006 et 2009, elle a été chercheur et chargée de mission à l’Institut des sciences de la communication du CNRS ; en 2010, chercheur au laboratoire de conservation des espèces, restauration et suivi des populations et au Museum national d’histoire naturelle.

 

Elle tient une tribune libre hebdomadaire dans l’Humanité depuis 2003 et est fréquemment invitée par les médias à parler de politique, religion, imagination. Elle collabore au site nonfiction.fr, en tant que coordinatrice du pôle philosophie.

 

Membre du Réseau international des femmes philosophes, elle est actuellement vice-présidente d’EuropaNova (ONG de promotion du débat public et de l’intérêt général européen), membre du conseil stratégique de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, membre fondatrice du Collectif Roosevelt (mouvement citoyen d’action et de formation politique créé en 2012), membre de la cellule d’urgence médico-psychologique du SAMU de Paris et marraine du projet ICCARRE (traitement d’intermittence du Sida). Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d’éthique.

 

Elle a écrit une dizaine d’ouvrages. Pour son livre, La Fin du Courage, la reconquête d’une vertu démocratique, paru en 2010 aux éditions Fayard, elle a reçu le prix Afci du livre (décerné par l’Association française de communication interne).Dernier livre paru : L’exigence de la réconciliation. Biodiversité et société, Ed. MNHN/Fayard, 2012.

 

Langues d’intervention: français

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Sense Agency - Daniel Dayan

Dayan, Daniel

Thématiques : la visibilité, les médias, et la gestion de l’attention collective.

fr - copie flag_uk - copie

Daniel Dayan est membre de l’institut Marcel Mauss (EHESS) et de l’ Institut Européen Emmanuel Levinas. Ancien élève de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et de l‘Université de Stanford, Daniel Dayan a mené une double carrière en France et à l’étranger.

 

En France, Il a été directeur de recherches en Sociologie au CNRS et professeur de théorie des médias à L’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Aux Etats Unis, il a enseigné aux Universités de Stanford et Southern California (USC) . IL a aussi été invité comme Hans Speier visiting professor à la  New School for Social Research. (2008-14). Enfin, Dayan a été professeur invité aux universités d’ Oslo, Genéve, Milan, Brasilia, Tel Aviv, Moscou, ( RGGU ). Daniel Dayan a publié 5 livres et une centaine de chapitres et d’articles. Ses travaux sur les médias et le cinéma sont disponibles dans 13 langues dont le chinois, le coréen et le japonais.

 

En I975-76 Dayan a été invité à se joindre au comité de recherche de l‘American Film Institute et au  Columbia University Seminar sur le cinéma . De I999 à 2004 il a été nommé au programme « Médias » de la Fondation Européenne pour la Science . En 2000, Il a été résident à la Fondation Rockefeller, Bellagio . En 2001, il a été chargé  d’ évaluer en qualité d’expert étranger les recherches sur médias menées dans les universités Britanniques (Research Assessment Exercise ). En 2005 Il a été invité à l’ Institut d’ Etudes Avancées (Université de Jerusalem) et nommé « Annenberg Scholar ». à l’Université de Pennsylvanie . En 2006, il a été le « Free speech professor  , à l’université de Bergen . En 2010, l’un de ses livres, « Media Events », (Harvard 1992, ) a obtenu le « Fellows Award » , prix décerné par l’International Communication association aux classiques de la recherche sur les médias. En 2013 il a donné la 7° conférence « William Phillips »( Partisan Review, New York). Depuis 2012 , il est membre du jury du Prix Bernheim pour les sciences .

 

Langues d’intervention: français, anglais

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Joël de Rosnay

De Rosnay, Joël

Thématiques : Informatique et Internet, biologie, santé et vieillissement, environnement et énergie, nanotechnologies, systémique et management de la complexité, gestion du temps et de l’information.

fr - copie flag_uk - copie

Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, est le Conseiller de la Présidence d’Universcience et Président exécutif de Biotics International.

Il a été le Directeur de la Prospective et de l’Evaluation jusqu’en juillet 2002 à la Cité des sciences et de l’Industrie. Entre 1975 et 1984, il a été Directeur des Applications de la Recherche à l’Institut Pasteur.

 

 

Ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l’informatique, il a été successivement Attaché Scientifique auprès de l’Ambassade de France aux Etats-Unis et Directeur Scientifique à la Société Européenne pour le Développement des Entreprises. Il s’intéresse particulièrement aux technologies avancées et aux applications de la théorie des systèmes.

 

Auteur de plusieurs rapports, notamment: “Biotechnologies et Bio-Industrie (1979), annexe au Rapport “Sciences de la Vie et Société” des Professeurs Gros, Jacob et Royer, ainsi que du rapport ayant conduit à la création du CESTA (Centre d’Etudes des Systèmes et des Technologies Avancées, 1982).

 

Il a été chroniqueur scientifique à Europe1 de 1987 à 1995 et auteur de plusieurs ouvrages scientifiques destinés à un large public. Son dernier livre « Surfer la Vie » éditions LLL, est paru depuis le 16 mai 2012.

 

Joël de Rosnay a été lauréat du Prix de l’Information Scientifique 1990 de l’Académie des Sciences et du prix Benjamin Constant des Arts de la Communication 1994 de la Société d’Encouragement de l’Industrie Nationale. Joël de Rosnay a été élu « Personnalité numérique de l’année 2012 » par l’Acsel.

 

Langues d’intervention : français, anglais

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Annie Lemoine

Lemoine, Annie

Après une licence de sciences économiques, elle devient critique de cinéma, reporter puis présentatrice sur RMC. Elle collabore avec Laurent Ruquier sur Europe 1 et France 2 (dans On a tout essayé), jusqu’en 2008. Ses interventions sur Europe 1 se poursuivent jusqu’en 2011.Elle est journaliste aujourd’hui sur RTL

fr - copie

 

 

Après une licence de sciences économiques, elle devient critique de cinéma, reporter puis présentatrice sur RMC. De 1984 à 1994, elle présente les news dans l’émission Nulle part ailleurs sur Canal +. Elle travaille ensuite pour TF1, France 2, Téva, TV5, la Cinquième, où elle présente diverses émissions, avant de revenir sur Canal + en 2000. Elle collabore avec Laurent Ruquier sur Europe 1 et France 2 (dans On a tout essayé), jusqu’en 2008. Ses interventions sur Europe 1 se poursuivent jusqu’en 2011.

 

Elle réalise le portrait d’Hélène Grimaud pour Envoyé Spécial en 2005 et, dans une nouvelle version, pour France 5 en en 2012. Après une brève expérience de comédienne, elle publie un récit sur son parcours chez Ramsay, puis sept romans chez Flammarion.

En 2013 et 2014, on la retrouve sur RTL, D8, France Musique, France 2. Elle réalise régulièrement des actions de communication pour de grandes entreprises. Elle est actuellement polémiste sur RTL dans l’émission de M.O.Fogiel « On refait le monde »

Langues d’intervention : français

Crédit photo: Georges Biard – CC BY-SA 3.0

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone