http://senseagency-philosophie.fr/
2018-12-1-prospective
 

 

Yoyo Maeght

Maeght Yoyo

Thématiques : Art contemporain, marché de l’art

 flag_uk - copie fr - copie

 

Yoyo Maeght est la petite fille d’Aimé Maeght. Passionnée d’art avec une prédilection pour l’art moderne de la seconde partie du XXème siècle et surtout pour l’art contemporain, elle est férue d’architecture et de design, évoluant dans des intérieurs et décors signés des plus grands créateurs et architectes et des nouveaux talents : Arbus, Diego Giacometti, Jean-Michel Frank, Kuramata, Dixon ou Borek Sipek.

Aimé Maeght, visionnaire de génie, tout à la fois mécène, éditeur, marchand d’art, producteur de films, collectionneur audacieux, ouvre La Galerie Maeght, à Cannes en 1930 puis à Paris en 1946. Il devient le compagnon de route et l’ami de Matisse, Braque, Léger, Miró, Chagall, Calder et Giacometti. Les principaux artistes de l’après guerre le rejoindront : Bram van Velde, Tàpies, Ubac, Tal-Coat, Bazaine, Chillida, Riopelle, Alechinsky, Rebeyrolle, Adami, Monory et tant d’autres. La Fondation Maeght, près de Nice, est inaugurée en 1964 par André Malraux,

De grandes expositions, au retentissement international, y sont présentées chaque année. La collection compte plus de 10.000 œuvres dont 62 sculptures de Giacometti, 150 sculptures de Miró, le plus grand tableau au monde de Chagall. Presque toutes ces œuvres ont été offertes par la famille Maeght qui continue d’enrichir les collections de la Fondation par des dons annuels.

À la suite du décès de son grand-père Aimé, et poussée par les artistes, notamment Aki Kuroda et Gérard Gasiorowski, elle décide de dédier ses activités aux artistes. Directrice de Maeght Éditeur durant plusieurs décennies, elle se consacra à la recherche et à la compilation d’archives d’artistes méconnus, mais dont l’œuvre marquait déjà les jeunes générations. Yoyo Maeght est passionnée par le livre, notamment les livres d’artistes à tirage limité ainsi que par les lithographies et gravures.

Sa passion pour l’art contemporain, la défense des jeunes artistes et la promotion de la culture française à travers le monde, l’ont poussée, très tôt, à organiser des expositions à l’étranger. Elle conçoit de magistrales expositions dont elle assure les commissariats, la sélection des œuvres, la scénographie, la conception et le suivi éditorial des catalogues. Elle en assure la plupart du temps également le financement, afin que des expositions d’artistes importants soient possibles dans des pays où les budgets consacrés à la culture ne permettent pas aux musées d’accueillir de telles expositions. Ce fut le cas, dans les années 1980, bien avant la chute du mur de Berlin, d’expositions organisées en Tchécoslovaquie comme Miró, Braque ou Calder à Prague mais aussi, Aki Kuroda au musée de Bratislava. Yoyo Maeght est commissaire d’expositions pour de multiples musées et centres d’art. Elle est à l’initiative de la première exposition Miró en Turquie. Elle collabore aux grandes rétrospectives consacrées à l’histoire de la famille Maeght, présentées par les plus importants musées, dont en 2008 : La Royal Academy de Londres, le Munster Museum ou encore le Pera Museum à Istanbul.

Durant des années, Yoyo Maeght partageât son temps entre Paris et Pékin d’où elle organisa, pour des musées chinois, des expositions reliant l’Asie et l’Occident. L’exposition des œuvres d’Aki Kuroda au Musée Impérial de la Cité Interdite de Pékin a été accueillie avec enthousiasme par le public Chinois et la presse a largement couvert cet évènement. Il faut dire que le pari était osé, exposer un Japonais au centre de la Cité Interdite ! Quatre autres expositions, conçues et organisées par Yoyo Maeght, ont été présentées dans des musées ou centres d’arts de Pékin en 2007. En 2008 ses expositions sont accueillies par le Doland Art Museum de Shanghai et remportent des succès exceptionnels pour des expositions d’artistes occidentaux.

Yoyo Maeght enseigne à L’IESA. Institut d’Etudes Supérieures des Arts.

Distinctions

 2008 : Chevalier de l’Ordre du Mérite

2011 : Prix Montblanc des Arts et de la Culture, Yoyo Maeght se voit récompensée pour son travail au sein de la fondation familiale et des éditions.

2017 : Médaille de la Ville de Paris

 

Bibliographie

 2006   “Maeght, la passion de l’Art Vivant, éditions de La Martinière.

2010      La Fondation Marguerite et Aimé Maeght: L’art et la vie, éditions Gallimard 2014               La saga Maeght, éditions Robert Laffont

 

Filmographie

 Elle est également l’auteur du film “Maeght une histoire de famille” diffusé sur Arte.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Chegaray Eve

Thématiques : media

 flag_uk - copie fr - copie flag_italy - copie

Eve Chegaray est Chroniqueuse sur la chaîne BFM Business, dans la BFM Académie. C’est l’émission des nouveaux entrepreneurs, qu’elle a développée il y a déjà 10 saisons et co-anime avec passion.

 

A ses questions malignes, les dirigeants, les entrepreneurs ne résistent pas et livrent leurs ambitions, leurs projets, mais aussi racontent leurs parcours, voire… se racontent.

Eve accompagne également les dirigeants en média-training. Par des entraînements en vidéo, elle les aide à préparer leurs interviews et prises de parole en public.

Et c’est avec la même passion qu’Eve anime des tables rondes sur les thèmes de l’innovation, de la créativité, des technologies. Son souci est de valoriser les intervenants, de les faire aller plus loin, et d’inclure le public dans la démarche. Eve est connue pour ses sessions de questions avec la salle toujours dynamiques.

Rapide flash-back : Avant de créer sa propre structure en 2004, Eve Chegaray a travaillé 10 ans dans la communication interne et les relations humaines au sein d’entreprises américaines installées en Europe. Elle est diplômée de Novancia et de l’IGS, intervient en français, anglais et italien et prépare un ouvrage sur la communication des entrepreneurs.

Aujourd’hui, on retrouve ses interventions auprès d’HEC, de Supelec, des Chambres de Commerce, des réseaux de promotion de l’entrepreneuriat et de soutien à l’innovation, auprès de technopôles ou encore d’associations de business angels.

Et sur BFM Business…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Alain Bensoussan

Benssoussan Alain

Thématiques :  droit des technologies avancées

 flag_uk - copie fr - copie

Dès 1978, Alain Bensoussan, avocat à la Cour d’appel de Paris, spécialiste en droit des nouvelles technologies, de l’informatique et de la communication, ainsi qu’en droit international et de l’Union européenne, a fondé un cabinet dédié au droit des technologies avancées.

Le cabinet, qu’il dirige, est divisé en départements opérationnels centrés sur un secteur d’activités technologique.

 

Alain Bensoussan participe à de nombreux groupes de réflexion sur le droit des technologies avancées. Il y apporte non seulement son expertise mais également ses théories, par exemple, sur le « Droit à l’oubli numérique ».

Il a été expert auprès du Groupe de Travail sur la protection du génome humain créée en 1996 par la Commission Pierre Louisot relative à la « Protection intellectuelle des résultats des recherches sur le génome humain et des banques de cellules et données sur l’ADN » et a participé au rapport « Technologie, Ethique et Société Utopie ou Nécessité pour demain » remis à l’Assemblée nationale en juin 1996.

Il est arbitre auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) pour les procédures UDRP (procédures de règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine) et les procédures ADR (Alternative Dispute Résolutions).

Il dispense un cours en droit de l’informatique aux étudiants de 1ère et 3ème année de l’Ecole Centrale de Paris et intervient auprès de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) dans le cadre du cycle de sensibilisation à l’intelligence économique.

Il a été président de l’association française de l’informatique et de la télécommunication (AFDIT) à deux reprises (1992-1995 et 2005-2009) et président de l’association nationale d’assistance administrative et fiscale pour les avocats (Anaafa) de 2010 à 2011. Sous son mandat, il lance l’ANAAFATECH, le premier salon dédié aux nouvelles solutions technologiques pour le cabinet d’avocats.

En 2006, il crée, au sein de l’Union internationale des avocats (UIA), une commission « Droits de l’Homme Numérique », qu’il préside jusqu’en octobre 2012. Cette commission étudie l’impact des nouvelles technologies en matière de vie privée et de droits de l’Homme et cherche à montrer comment les droits fondamentaux peuvent s’exercer pleinement et librement sur Internet.

Il fonde en 2012 Lexing ®, premier réseau international d’avocats technologues dédié au droit des technologies avancées.

En juillet 2013, il crée au sein de son cabinet un département entièrement dédié au droit des robots dont le but est de poser les bases d’un nouveau droit qui devrait permettre de doter les robots d’une personnalité et d’une identité juridique. Depuis janvier 2013, il assure une chronique juridique dans le magazine Planète Robots et est l’auteur d’une « charte sur les droits et devoirs des robots ».

L’Association des Data Protection Officers est créée en février 2016 pour aider les DPO dans leur fonction redéfinie par le Règlement général sur la protection des données (RGPD). L’ADPO, dont il est président, propose à ces nouveaux acteurs un lieu de réflexions, d’échanges, de concertation, de sensibilisation et d’information sur les meilleures pratiques à mettre en œuvre par les entreprises, les pouvoirs publics, les universités, etc., en France comme à l’international.

Best Lawyer en « Droit des Technologies » en 2014 – 15, ainsi qu’en 2012, Alain Bensoussan est à nouveau distingué, pour la 4ème année consécutive, par la revue juridique américaine « Best Lawyers », après avoir été Best Lawyer en « Technologies de l’Information » en 2011 et 2013.

Il s’est vu décerner en 2014 et 2016 un « Client Choice Award » dans la catégorie « Information Technology », reconnaissant ainsi la qualité exceptionnelle de ses prestations dans le domaine des technologies avancées.

Crédit Photo: Flickr TEDx Paris – CC BY 2.0

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Laura Fessel

Flessel Laura

Thématiques : popularisation de l’escrime

 flag_uk - copie fr - copie

L’escrimeuse épéiste Laura Flessel, surnommée «la guêpe» – sans doute à cause de ses nombreuses touches aux pieds de ses adversaires-, est une sportive de haut niveau aux multiples victoires, connue dans le monde entier et reconnue par ses pairs. Au-delà de son impressionnant palmarès, et d’une carrière de 17 ans, elle a pour projet de populariser l’escrime.

Laura Flessel-Colovic est née à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le 6 novembre 1971. Après s’être essayée à la danse, elle commence à 6 ans seulement à pratiquer l’escrime, le fleuret tout d’abord. Elle se démarque très vite et devient à plusieurs reprises championne de Guadeloupe.

En 1990, elle quitte son île natale et intègre le Racing Club de France, en métropole. A l’INSEP, elle s’entraîne avec les meilleurs escrimeurs. Elle délaisse alors le fleuret, pour prendre l’épée qui correspond mieux à son tempérament.

C’est en 1995 qu’elle remporte son premier titre sur la scène internationale.

Mais Laura Flessel connaît sa première vraie consécration mondiale en 1996, avec l’équipe de France, lors des J.O. d’été d’Atlanta : elle est doublement médaillée d’or en individuel et en équipe, au côté de Sophie Moressée-Pichot, une escrimeuse de renom elle aussi.

Elle enchaîne en 1998 avec les championnats du monde en Suisse, où elle décroche deux médailles d’or, en individuel et en équipe.

En 1999, elle réitère son exploit lors du championnat du monde à Séoul, en Corée du Sud, mais cette fois-ci en individuel uniquement.

L’année 2000, Laura Flessel figure alors parmi les sportives françaises favorites aux Jeux olympiques de Sydney, et elle obtient une médaille de bronze en individuel.
En 2001, elle participe aux mondiaux qui se disputent à Nîmes. Elle en repart avec une médaille d’argent. Elle gagne trois fois la coupe du monde d’épée féminine, en 2002, 2003 et 2007, puis est médaillée d’or aux championnats d’Europe de la même année.

2009 marque un tournant : malgré une 3e place aux championnats d’Europe, elle butte aux championnets du monde, sans réussir à se classer. En 2010, elle rebondit cependant avec deux médailles de bronze au niveau européen, sans réussir à confirmer au niveau mondial.
En 2012, pour les JO de Londres, Laura Flessel-Colovic portera le drapeau de la délégation française, mais reviendra bredouille. Elle décide alors de mettre un terme à sa carrière à l’âge de 41 ans.

Consciente que les compétitions ne durent qu’un temps, Laura Flessel est associée-gérante de la Société Flessel & Co ayant pour objet la gestion, l’utilisation et la protection de son image.
Durant sa carrière, cette épéiste fait la promotion de l’escrime dans les petits clubs des quartiers défavorisés en les dotant de matériel. C’est à cet effet, Laura Flessel a fondé l’association Ti’Colibri.
En 2008, la championne escrimeuse s’implique dans le programme «Envole-toi» qui a pour but de préparer de jeunes escrimeurs aux JO de 2012.

Femme de cœur, elle est en outre marraine de Handicap International, association au sein de laquelle elle fait plus que prêter son image.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Servan-Schreiber Florence

Thématiques : psychologie positive

 flag_uk - copie fr - copie

 

Diplômée en psychologie transpersonnelle d’une université américaine, et formée à la Programmation Neuro Linguistique (PNL) à Palo Alto, Florence a été l’une des premières à l’enseigner au sein de l’Institut Français de Gestion dès 1984. Elle s’est ensuite consacrée à la formation à la qualité de service dans les plus grandes entreprises françaises avec le programme« Service Compris ».

 

 

En 2005, elle rejoint le groupe Psychologies pour diriger les innovations numériques du groupe. Puis, en 2008, elle se forme au management du développement durable, au Presidio School of Management de San Francisco et rejoint Lagardère comme directrice des innovations développement durable.

En 2009, Florence se forme alors à la Psychologie Positive auprès du Pr. Tal Ban Shahar à l’Université de Pennsylvanie.

Elle lance, en 2011, les Ateliers d’inspiration au bonheur, des programmes de transformation personnelle construits à partir de son expérience de la psychologie positive.

Elle intervient également comme conférencière et formatrice sur la science du bonheur auprès des entreprises : Société Générale, Airbus Industries, BETC, Canal Plus, Conseil général de l’Oise, l’Oréal, Natixis, etc

 

Passionnée par la nutrition gourmande, elle présente « Mes recettes qui font du bien » sur la chaîne Cuisine Plus.

En 2012, elle reprend les rênes d’Essentia Conseils, organisme de formation fondé par son cousin, le Dr David Servan-Schreiber, pour appliquer les découvertes scientifiques à la psychologie et du bien-être (EMDR, Cohérence Cardiaque, Psychologie positive).

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Gabilliet Philippe

Thématiques :  optimisme de la chance, de l’audace et de l’auto-motivation

  fr - copie

Philippe Gabilliet est Professeur de Psychologie et de Management à l’ESCP Europe.

 

Docteur en sciences de gestion, diplômé de 3ème cycle en sciences politiques et diplômé de Sciences-Po Bordeaux, Philippe Gabilliet débute sa carrière comme consultant. Il se spécialise alors dans la motivation des équipes, domaine où il développe ses premières expertises professionnelles. Au début des années 90, il décide de tenter l’aventure de la grande entreprise et prend la direction du service de l’action commerciale « grand public » de CNP ASSURANCES (Groupe CDC).

EN 1995, Philippe Gabilliet rejoint le corps professoral de l’ESCP, tout en poursuivant son activité de conférencier et de coach auprès des comités de direction et de leurs dirigeants. Il est aussi Chargé d’enseignement à HEC Genève (Suisse) et à l’ESA Beyrouth (Liban). Il consacre aujourd’hui l’essentiel de son activité de recherche aux techniques de développement du leadership positif et aux stratégies mentales de la réussite.

Conférencier et coach de dirigeants, il est aussi vice-président fondateur de l’Académie Francophone des Auteurs et Conférenciers d’Entreprises (AFACE) et membre de l’Association Française des Conférenciers Professionnels (AFCP).

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Charles Pépin

Pépin Charles

Thématiques :  sujets philosophies variés : l’échec, la beauté, la joie…

  fr - copie

 

Né à Saint-Cloud en 1973, Charles Pépin est un philosophe, écrivain et journaliste français.Il est diplômé de Sciences Po Paris et d’HEC Paris. Également agrégé de philosophie, il enseigne cette dernière au lycée d’État de la Légion d’Honneur (Saint Denis) et à l’institut d’Études politiques de Paris.

 

 

Il tint durant quelques temps une chronique de philosophie dans les émissions télévisées Culture et dépendances (France 3, 2001-2006) et En aparté (Canal +, 2006-2007), chroniques qu’il tient aujourd’hui tous les mois dans les magazines Transfuge et Psychologies magazine.

Enfin, il participe régulièrement à Philosophie Magazine, dans lequel il répond chaque mois à une interrogation personnelle d’ordre philosophique, métaphysique ou morale formulée par un lecteur.

Depuis 2010, il anime un séminaire philosophique ouvert à tous au cinéma MK2 Hautefeuille, Paris, tous les lundis à 18H. Pour ce nouveau cycle de conférences, Charles Pépin propose des sujets philosophiques variés, traités sous un angle toujours aussi existentiel et concret. Chaque conférence propose une réponse engagée, soumise ensuite au débat passionné.

Après deux romans remarqués (Descente, Flammarion, 1999, Les Infidèles, Flammarion, 2003) et un ouvrage d’introduction à la philosophie qui a rencontré un franc succès (Une semaine de philosophie, Flammarion, 2006, France Loisirs, J’ai Lu), Les Philosophes sur le divan est son quatrième livre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Agnes Verdier-Molinié

Verdier-Molinié Agnès

Thématiques : économie  et politique publique

 flag_uk - copie fr - copie

Agnès Verdier-Molinié est née en 1978 dans une famille de viticulteurs bordelais.

Titulaire d’une maîtrise d’histoire contemporaine, son sujet de mémoire portait sur “Les scandales politico-financiers sous Pompidou, vus par le Canard enchaîné”, Agnès Verdier-Molinié est une essayiste, très impliquée dans les débats publics.

En 2002, elle est embauchée par le laboratoire d’idées libéral Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Fondation iFRAP), elle en devient directrice en   2007.

Elle est élue personnalité de l’année 2010 dans le cadre des Trophées des Think Tanks organisés par l’Observatoire français des Think Tanks et se classe 63e dans le classement sur “Vos 100 françaises les plus influentes en 2013” réalisé par le magazine Slate.

Son livre On va dans le mur ! (2015), dans lequel elle défend l’idée que les impôts, les normes et le nombre de fonctionnaires en France sont trop importants, est salué par plusieurs personnalités politiques

 

Elle est une invitée régulière d’émissions de débats comme C dans l’air sur France 5 ou le Club de l’éco sur LCI, ou à la radio sur Europe 1, RMC et Radio Courtoisie.

 

Début 2016, elle se voit confier, par le député PS, Christophe Sirugue, lui-même nommé par le chef du gouvernement, une mission de réflexion sur la rationalisation des minima sociaux. Le rapport est rendu en avril 2016.

Crédit Photo: Thesupermat – Photo recadrée format carré – Noir et Blanc. CC BY-SA 4.0

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Dupuy Sergine

Thématiques :  nouvelles technologies

fr - copie

Titulaire d’une maîtrise de droit des affaires, propriété intellectuelle et artistique (Sorbonne- Panthéon) et d’un MBA en marketing et management, Sergine Dupuy est résolument tournée vers les nouvelles technologies, elle participe activement aux actions de ce réseau.

En 1999, elle intègre Tiscali (LibertySurf) en tant que Directeur Services et Sites. Puis devient en 2003 EMEA Customer marketing manager en charge de la communication On et Offline. En 2011, elle intègre l’agence Mindshare en tant que Head of Digital, avant de devenir Directrice Générale Adjointe puis Directrice Générale en mars 2014. A l’époque, sa mission était notamment d’accélérer la digitalisation de cette agence intégrée à GroupM (WPP).

Elle fréquente le réseau CyberElles depuis cinq ans qui est un réseau professionnel de femmes ayant des postes à responsabilité dans les univers de la technologie et des nouveaux médias.

L’objectif de ce réseau est de mettre en relation les femmes concernées et de faciliter les échanges, les discussions, les débats, les conseils, et ce au travers d’un mailing list, de rencontres “networking”, de conférences-débats ou d’ateliers pratiques. Ce réseau permet de nombreux échanges sur des questions pragmatiques, échanges de bons plans, d’adresses, de conseils… Et de rencontrer des professionnels de son milieu.

Aujourd’hui, elle est CEO de Redpill et fondatrice de BeeBoss, une plateforme de services destinée aux entreprises qui souhaite en faire plus pour leurs clients qui pourraient vendre davantage si elles pouvaient associer un service à leurs prestations : des talents, retraités, étudiants, …

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Jacques Attali 

Attali Jacques

Thématiques : économie positive

 flag_uk - copie fr - copie

Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français.

Conseiller d’État, professeur d’économie, conseiller spécial de François Mitterrand de 1981 à 1991, puis fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en 1991, il a présidé en 2008 la Commission pour la libération de la croissance française. Il dirige actuellement le groupe Positive Planet et le groupe Attali & Associés. Il a également présidé la Commission pour la libération de la croissance française.

Consulté successivement par les présidents Sarkozy et Hollande, il préside une commission bipartisanne de réforme de l’économie en 2008, et milite pour le concept d’économie positive en 2012. Ses idées sont à l’origine d’une partie des dispositions de la Loi Macron. À la demande de Claude Allègre, il propose une réforme de l’enseignement supérieur (le LMD), qui se généralise à toute l’Europe.

Le 9 septembre 2010, il est nommé au conseil d’administration du musée d’Orsay.

En 2015, il écrit avec 17 000 Français un programme pour l’élection présidentielle qu’il publie dans un livre, France 2022. Il affirme néanmoins ne pas vouloir se présenter à l’élection présidentielle.

Aujourd’hui, il est éditorialiste de l’hebdomadaire L’Express et Président du conseil de surveillance de Slate.

Il est chef d’orchestre, avec Patrick Souillot, de l’orchestre symphonique universitaire de Grenoble. A ses côtés, il crée en 2012 une structure nationale sur le modèle de La Fabrique Opéra Grenoble, dans de nombreuses villes du monde qui permet de coordonner la production d’opéras coopératives.

Jacques Attali a publié plus de 1 000 éditoriaux dans le magazine L’Express et est l’auteur de 67 livres vendus à 7 millions d’exemplaires et traduits en 22 langues.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone