GÉRARD ARAUD, VOTRE CONFÉRENCIER EN RELATIONS INTERNATIONALES

Ancien ambassadeur en Israël, à l’ONU et aux Etats-Unis, Gérard Araud, qui manie la plume aussi bien que le Tweet, a enchaîné les postes stratégiques pendant quarante ans.

Dans son dernier ouvrage « Passeport Diplomatique », (édité chez Grasset), nommé au prix de l’essai géopolitique 2020, sur la base de son expérience,  Gérard Araud nous livre une  analyse fine de l’échiquier international. Ce livre a également pour vocation d’être pédagogique. A partir d’exemples, il explique comment la diplomatie fonctionne au jour le jour. Comment faire sentir de l’intérieur et comment mettre en oeuvre une politique étrangère décidée par le pouvoir politique ? 

Thématiques :   États-Unis, diplomatie, relations internationales, économie

Gérard Araud, le surdoué de la diplomatie, homme élégant et longiligne âgé de 66 ans, est un pur produit de l’école républicaine, sur-diplômé (bac + 10, Polytechnique, Sciences Po et ENA), fils aîné d’un père commercial et d’une mère au foyer installés à Marseille.

Diplomate de carrière (1982-2019).

Notamment Directeur des Affaires Stratégiques du ministère des Affaires Etrangères (2000-2003), Ambassadeur en Israël (2003-06), Directeur Général des Affaires Politiques du ministère des Affaires Etrangères (2006-2009), Représentant Permanent de la France auprès des Nations Unies à New York (2009-2014), ambassadeur aux États-Unis (2014-2019).

Au cours de cette carrière, il a notamment été négociateur pour la France sur le dossier nucléaire iranien et, au Conseil de sécurité des Nations Unies, il a participé à l’élaboration et au vote des résolutions de sanctions contre l’Iran, sur la Libye, la Côte d’Ivoire, le Mali et la RCA.

Après une brillante carrière publique de trente-six ans au Quai d’Orsay, conclue par deux des maroquins les plus désirés de la maison (ONU et Etats-Unis), Gérard Araud a pris sa retraite mi-avril 2019. Il a rejoint l’agence de communication de Richard Attias comme vice-président et s’est installé à New York où il fut représentant permanent pour la France auprès des Nations unies.

Gérard Araud est un éminent diplomate de haut niveau reconnu pour ses compétences dans ce domaine ainsi que pour ses opinions directes et franches et pour ses réflexions sur la collaboration avec divers dirigeants mondiaux ces dernières années.  Il est présent sur les médias sociaux et est un conférencier dynamique et engageant. En 2020 Gérard Araud à passé son temps entre New York et Paris, il a très fréquemment commenté l’actualité de la politique américaine :les élections présidentielles,  dans les différents médias français : Le Point, BFMTV, …

En 2010, il est élevé à la dignité d’ambassadeur de France . Il est officier de la Légion d’Honneur.

SUR QUELLE THÉMATIQUES INTERNATIONALES INTERVIENT GÉRARD ARAUD?

 L’administration Biden : quel tournant représente-t-elle dans la politique américaine à l’intérieur comme à l’extérieur ? Quels obstacles doit-elle surmonter? Où en est la politique intérieure américaine?

Le Moyen-Orient : après Gaza III, peut-on éviter un Gaza IV?

Toutes questions d’actualité internationale : Russie/chine/Turquie le retour de l’équilibre des puissances, sommes-nous en 1914?

Chine/US, la relation la plus importante au monde pour les décennies qui viennent .

L’ACTUALITE DE GÉRARD ARAUD

 

23 juin 2022 – Chronique du Point : Gérard Araud – Le diplomate et le militaire, condamnés à s’entendre

CHRONIQUE. L’un tente d’éviter la guerre, l’autre la conduit. On pourrait croire le diplomate et le soldat éloignés, mais ils ont appris à travailler ensemble.

Le diplomate négocie pour éviter ou, au contraire, pour conclure un conflit dont la conduite échoit au militaire. En d’autres termes, l’un entre en scène lorsque l’autre en sort. Ce schéma a toujours été une caricature. Une négociation se conduit souvent sur la base des rapports de force, ce qui contraint le diplomate à connaître les moyens dont dispose le soldat si elle échoue. « Est-on prêt à se battre si nécessaire ? » est la question récurrente de la plupart des crises dans notre histoire.

 

En 2021, Gérard Araud demeure journaliste pour le journal Le Point dans lequel il commente la politique américaine ainsi que sur France Inter pour sa chronique Good Morning America en 2020 où chaque matin, dans un format carte postale, il nous donnait rendez-vous pour analyser les dernières nouvelles sur les élections américaines.

Ses chroniques internationales dans le magazine Le Point 

  • Les 7 piliers du bon candidat populiste : Alors qu’en 2016, tous les sondages d’opinion annonçaient sa défaite contre une candidate expérimentée Hilary Clinton, Donald Trump l’emporte avec plus de 3 millions de voix sur sa rivale. En 2020, Trump est candidat à un second mandat. Il perd les élections mais a gagné 11 millions de voix supplémentaires. Quelles leçons faut-il retenir ? Gérard Araud analyse le parcours atypique d’un président clivant dont la vision du monde est éloignée des valeurs européennes.
  • Israël n’a rien à gagner à annexer la Cisjordanie : La date du 1er juillet 2020 est avancée par Benjamin Netanyahou, l’actuel Premier ministre israélien pour annexer une partie de la Cisjordanie. Dans un peu plus d’un mois, serait principalement concernée : la vallée du Jourdain, langue de terres entre le lac de Tibériade et la mer Morte soit une superficie qui représente près d’un tiers de la Cisjordanie actuelle. Ce projet d’annexion a resurgi pendant la campagne législative en Israël, idée appuyée par Donald Trump. Analyse par Gérard Araud d’un conflit sans fin.
  • New York, année Zéro : Comment s’est passé le confinement puis le déconfinement à New York ?  Quelles stratégies ont été mises en oeuvre pour que les new yorkais prennent conscience de l’importance de la vaccination ? Une analyse de Gérard Araud sur l’état de santé de New York City, une ville doté d’un port, de 3 aéroports internationaux où se croisent de façon incessante  des populations d’ethnies différentes, sans compter  que plus de 42% des américains souffrent d’obésité.
  • Gérard Araud – La guerre Chine-États-Unis n’aura pas lieu : Le 19 mars dernier, avait lieu à Anchorage en Alaska une rencontre entre Antony Blinken, le secrétaire d’État, et Jake Sullivan, le conseiller national de sécurité et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, et le conseiller d’État, Yang Jie Chi. Au sommaire de cette première rencontre bilatérale, les taxes douanières sur les importations chinoises imposées par l’administration Trump ainsi que le respect des droits de l’homme au Xinjiang et à Hongkong . Les deux parties devront trouver un accord pour préserver leurs intérêts économiques, financiers et stratégiques… Gérard Araud décrypte ….

Gérard Araud est aussi invité sur France Culture pour expliquer et analyser l’actualité internationale : la politique de Joe Biden, les relations Biden-Macron, … et conter avec passion son expérience d’ambassadeur.

  • Juin 2021 – Gérard Araud : Le G7 – Joe Biden au chevet d’une Europe marginalisée : le sommet du G7 se tenait à Carbis Bay, en Cornouailles. s’est achevé dimanche 13 juin dernier après trois jours d’intenses discussions. Les dirigeants des sept pays les plus industrialisés tenaient à afficher leur cohésion face aux défis de la planète…
  • Juin 2021 – Gérard Araud – Quel avenir pour New-York après la pandémie ? :  « chacun s’interroge sur l’avenir de la ville à plus long terme. Elle s’était « embourgeoisée » et les prix de son immobilier avaient fait fuir les artistes mais aussi les jeunes « startuppers ». L’innovation technologique et culturelle était ailleurs. Elle avait vieilli. Aujourd’hui, elle se vide. Saura-t-elle se réinventer ? Faisons confiance à New York, qui n’a cessé de le faire au cours de son histoire ».
  • Juillet 2021 :  Gérard Araud  –  Pourquoi le diplomate et le citoyen ne se comprennent pas  ? : « En politique étrangère, il y a le champ du souhaitable et celui du possible et ils ne se recouvrent pas toujours. Le citoyen privilégie le premier mais le diplomate doit lui rappeler le second et, ce faisant, il encourt le destin du messager qui apporte les mauvaises nouvelles. »
  • Juillet 2021 :  Trump, Biden, la guerre technologique est lancée : « La campagne américaine ressemble а une vaste opération de profilage des électeurs. Tous les moyens sont bons pour tenter de sйduire les indécis. »
  • Juillet 2021 :  Eloge du communautarisme à l’américaine. : Le communautarisme, qui structure toute la société aux États-Unis, est perçu comme un contre-exemple pour la France universaliste.
  • Août 2021 : Pendant l’été, Gérard Araud continue la publication de ses chroniques dédiées à l’actualité internationale publiées dans le magazine Le Point.
  • « Français, vous pouvez être fiers de votre pays »
    Le déclinisme désigne un courant d’idées et d’analyses de penseurs estimant qu’un pays ou une civilisation est en déclin, sur les plans tant économique que culturel ou géopolitique. En France, le déclinisme s’appuient sur trois facteurs : La baisse de la France dans les classements économiques internationaux : niveau du PIB, le taux de chômage, …) et dans divers classements éducatifs et sociaux. La comparaison du système social, religieux et moral avec d’autres pays européens. Pour Gérard Araud, le déclinisme est une particularité française qui est ancrée dans l’histoire de notre pays depuis 1815. Louis XVIII revient au pouvoir après l’abdication de Napoléon. Les français ne sont jamais contents et pourtant vu de l’étranger, la France conserve bien des atouts. Gérard Araud porte son regard de diplomate sur l’évolution de la France qu’il voit en tant que français mais aussi de l’étranger. Son analyse est plutôt optimiste. La France est la 6ème puissance économique mondiale et la 2ème puissance européenne après l’Allemagne. Notre économie est principalement une économie de services. Dans sa chronique, Gérard Araud mentionne la Finlande qui, en 2013, a lancé une analyse du rôle des membres du Conseil de sécurité des Nations unies qui concluait que la France était celle dont le rôle était le plus influent exerçant une diplomatie « équilibrée, créative et agile ». La France qui s’est rapprochée de l’Australie, de l’Inde, du Japon, joue aujourd’hui, avec succès, un rôle essentiel dans la stratégie à mettre en place afin de combattre ensemble le changement climatique.Emmanuel Macron très sensible aux pays défavorisés  est aussi bien reçu à New-Delhi qu’à Pretoria. Alors que le Royaume-Uni est isolé par le Brexit, que le monde est de plus en plus fragmenté, la France joue un rôle de pont par une politique étrangère efficace et de poids.
  • Que pensent les étrangers de la France ? Gérard Araud, qui a sillonné les Etats-Unis, était touché de voir à quel point la France suscitait de l’intérêt pour notre langue, notre culture, notre art de vivre, …  Madeleine Albright lui demandait de l’inviter à déjeuner pour avoir le plaisir de parler notre langue.
    En ce qui concerne domaine scientifique, la France a aussi les meilleurs ingénieurs du monde à la fois rigoureux et créatifs Gérard Araud conclut : « une France qui reste une voix singulière dans un monde qui en a besoin et l’écoute volontiers. Soyons à la hauteur ! 
  •  

22 septembre 2021 – Gérard Araud et David Martinon, ambassadeur de France en Afghanistan, participeront le 1er Octobre prochain au Forum « Normandie pour la paix » sur le thème de l’Afghanistan qui sera au coeur de tous les débats.

12 octobre 2021 – Gérard Araud donnera une conférence le 21 octobre prochain à Paris pour le groupe financier Quilvest.

 

 

2021-07-02 14.09.23

Le 30 juin 2021, Jean-Michel Dardour de Sense Agency rencontrait Gérard Araud lors de sa venue à Paris.

LES PUBLICATIONS DE GÉRARD ARAUD

14 octobre 2021 – Le Point –  Ma vérité sur Kissinger

Gérard Araud consacre une biographie incisive et personnelle au diplomate du siècle.

Il connait bien Henry Kissinger qu’il a régulièrement rencontré depuis 2009.  Ce livre est un moyen de continuer le dialogue.

Le Point

23 février 2022 : Gérard Araud – Poutine a montré son vrai visage
 sur l’Ukraine, comme sur les autres sujets.

L’Occident a tenté jusqu’au bout de négocier avec le chef du Kremlin. Mais « il faut être deux pour danser le tango ».

En France, on nourrit pour la Russie un sentiment  fait d’admiration pour la culture, d’amitié pour le peuple et d’aspiration à une entente politique jusqu’à créer un terreau pro-russe qui surprend souvent les observateurs étrangers. « Il faut parler à la Russie » devient aisément une antienne aussi bien à gauche qu’à droite et, en ce moment, en particulier aux deux extrêmes du spectre politique.
Or, « parler à la Russie », le président de la République a essayé de le faire dès son élection en invitant Poutine à Versailles pour l’exposition consacrée à Pierre le Grand puis, l’année suivante, au fort de Brégançon. Il a eu de multiples conversations téléphoniques avec lui au cours de ces années et, ces derniers jours, nous l’avons vu, il n’a pas épargné ses efforts pour trouver une issue pacifique à la crise que la Russie a suscitée aux frontières de l’Ukraine. Les Américains disent : «  It takes two to tango  » (Il faut être deux pour danser le tango) ; Poutine n’a voulu danser le tango ni avec Emmanuel Macron ni avec aucun chef d’État et de gouvernement occidental, que ce soit la chancelière Merkel aussi russophone qu’il est germanophone, ni avec les Etats-Unis. Pourtant, Allemands et Français sont vus avec méfiance par certains Européens pour être trop enclins à faire des concessions envers la Russie ; quant au président américain, tout à son pivot vers l’Asie, il ne nourrissait aucun dessein hostile à l’égard de ce pays.
Le monde a donc « parlé à la Russie ». En vain. Occupation de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie en 2008, annexion de la Crimée en 2014, soutien militaire aux séparatistes du Donbass depuis lors, mais aussi assassinats à répétition d’opposants à l’étranger, vastes attaques informatiques et maintenant reconnaissance des prétendues républiques du Donbass ont été autant de réponses à ces tentatives de dialogue. Qu’en conclure ? Allons-nous vivre une 3ème guerre mondiale ?

Le « réformiste » et le « révisionniste »
Dans sa thèse de doctorat, Henry Kissinger, le futur secrétaire d’État de Nixon, distinguait, en politique étrangère, deux types de dirigeants : le « réformiste », qui essaie d’améliorer la situation géopolitique de son pays, et le « révisionniste », qui tente de bouleverser l’équilibre géopolitique du monde qu’il n’accepte plus. Il en déduisait qu’on pouvait négocier avec le premier, mais qu’il fallait résister au second. Il ajoutait que les démocraties, lorsqu’elles sont habituées à une longue période de paix, ont tendance à refuser de voir que leur interlocuteur n’est pas un « réformiste » auquel on peut faire des concessions, mais un « révisionniste » qui n’y verra que faiblesse et incitation à demander plus.

Après son étrange discours du 21 février, annonçant la reconnaissance des républiques séparatistes, le moment est venu de juger que Poutine, qui a qualifié la chute de l’URSS de « la plus grande catastrophe géopolitique de l’Histoire » et qui a signé, en juillet, un long article qui nie l’existence de l’Ukraine, est bel et bien un « révisionniste » qui entend revenir sur l’effondrement de l’Empire soviétique. 

Sa lecture paranoïaque et victimaire de l’Histoire récente conduit à tout justifier pour en pallier les effets. L’Otan n’est qu’un fétu de paille dans ce ressassement obsessionnel où ne figure aucune ouverture vers l’avenir ou vers la coopération internationale.
La France et d’autres pays, notamment l’Allemagne, ont tout fait pour maintenir le dialogue avec la Russie. Elle doit continuer à le faire, mais il faut également tirer toutes les conséquences d’un révisionnisme qui menace l’équilibre et la sécurité de l’Europe, en combattant les entreprises de déstabilisation russes à l’intérieur, en améliorant notre sécurité informatique et en apportant tout notre soutien à nos alliés et partenaires qui sont en première ligne en Europe du Nord et de l’Est. 

Le Point

LES INTERVIEWS DE GÉRARD ARAUD

Vous souhaitez organiser une conférence sur l’actualité internationale ou réserver une intervention avec l’ambassadeur  Gérard Araud ?

Sense Agency, Plateforme de conférenciers vous aide à trouver un conférencier en un temps record sur toutes thématiques : motivation, sport, philosophie, économie, digital, management, santé, cybercriminalité… Remplissez notre formulaire de contact ou appelez l’agence au 06 88 09 09 79.

 

Comment organiser votre prochaine conférence ?

Nous sommes une petite structure proche de ses conférenciers et de ses clients.

Sense Agency vous aide à trouver un conférencier en un temps record sur toutes thématiques: motivation, sport, philosophie, économie, digital, management, santé, cybercriminalité…

 

MOTS-CLES

ambassadeur, ambassadeur auprès des États-Unis d’Amérique, ambassadeur de France aux Etats-Unis, ambassadeur de France en Israël 
ambassadeur français aux Etats Unis, ambassadeur Gérard Araud
analyste des risques internationaux et gestion de crises, analyste en stratégie internationale, analyste géopolitique, analyste politique, ancien ambassadeur, chroniqueur, conférence, conférence expert relations internationales, conférence géopolitique Paris 2021, conférence relations internationales, conférencier, conférencier ancien ambassadeur, conférencier ancien ambassadeur US, conférencier expert de la géopolitique et des relations internationales, conférencier expert en géopolitique, conférencier spécialiste de la politique internationale, conseiller à l’Ambassade de France à Washington, conseiller diplomatique,
consultant géopolitique, consultant géopolitique sécurité internationale, consultant stratégie internationale, expert en relations internationales, diplomate français, directeur général des affaires politiques et de sécurité, géopolitique d’israël, intervenant en géopolitique, Politique étrangère américaine et relations transatlantiques, Politique étrangère et sécurité nationale des Etats-Unis, politique israélienne, relation etats unis israël, relations géopolitiques, speaker, spécialiste politique américaine.

Top